Les GAFA, complémentaires mais pas remplaçants des industries de santé, croit Merck

Publié le 11/07/2018 à 06:52

Les GAFA, complémentaires mais pas remplaçants des industries de santé, croit Merck

Publié le 11/07/2018 à 06:52

Par AFP

Les géants du numérique tels que Google, Amazon, Facebook ou Apple (GAFA) ne se substitueront pas aux entreprises biopharmaceutiques, même si leurs activités respectives vont de plus en plus «converger», a estimé mercredi le PDG de Merck & Co.


«Dans les dix prochaines années, le modèle d'activité du secteur pharmaceutique va profondément changer» grâce à l'analyse de données massives (big data) en santé, qui permettra de réduire les coûts de recherche-développement de nouvelles molécules et d'améliorer le suivi des patients, a déclaré Kenneth Frazier lors d'une rencontre organisée à Paris par la French-American Foundation.


«Mais il faut faire attention à ne pas surestimer la valeur» des acteurs du numérique quant à leur potentiel dans le domaine de la santé, a-t-il prévenu.


M. Frazier a notamment évoqué le cas de la start-up Theranos, ancienne valeur montante de la Silicon Valley dont les anciens dirigeants risquent aujourd'hui 20 ans de prison pour avoir promis des diagnostics révolutionnaires à partir de quelques gouttes de sang, ce qui s'était révélé être une vaste escroquerie.


«Aucune amélioration d'un procédé (grâce au numérique, NDLR) ne résoudra jamais un problème d'ordre biologique. Même nous (l'industrie pharmaceutique, NDLR), spécialistes de la biologie, nous ne comprenons que très peu de choses du corps humain (...). Il faut rester humble» dans ce domaine, a insisté M. Frazier.


Par ailleurs, «les règles de confidentialité en santé sont extrêmement importantes, et elles font partie de l'ADN» mondes médical et pharmaceutique, mais cette culture n'est pas celle des acteurs du numérique à ce jour, a-t-il encore pointé.


Merck & Co, qui s'appelle MSD hors des États-Unis, a annoncé mardi qu'il allait porter à 80 millions d'euros ses investissements en France cette année, soit le double d'une année ordinaire, pour financer des essais cliniques dans le pays et accélérer la transformation numérique de ses activités.


Cette annonce était intervenue en marge du Conseil stratégique des industries de santé (Csis) à Matignon, où le Premier ministre Edouard Philippe a présenté une quinzaine de mesures pour doper l'attractivité de la France pour le secteur.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À surveiller: CGI, Alphabet et Merck

02/05/2019 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de CGI, Alphabet et Merck ? Voici quelques recommandations d'analystes.

À surveiller : Intact, Tesla et Merck

23/01/2019 | Stéphane Rolland

Que faire avec les titres d’Intact, Tesla et Merck? Voici quelques recommandations d'analystes.

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.