Le burn-out fait son entrée dans la classification des maladies de l'OMS

Publié le 27/05/2019 à 07:05

Le burn-out fait son entrée dans la classification des maladies de l'OMS

Publié le 27/05/2019 à 07:05

Par AFP

Le burn-out, un concept souvent traduit par «épuisement professionnel», a fait son entrée dans la Classification internationale des maladies de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui sert de base pour établir les tendances et les statistiques sanitaires.

Cette liste, dressée par l'OMS, repose sur les conclusions d'experts de la santé dans le monde entier.

Elle a été adoptée par les États membres de l'OMS, réunis depuis le 20 mai, et jusqu'au 28 mai, à Genève dans le cadre de l'Assemblée mondiale de l'organisation.

«C'est la première fois» que le burn-out fait son entrée dans la classification, a annoncé lundi aux journalistes un porte-parole de l'OMS, Tarik Jasarevic.

La Classification des maladies de l'OMS fournit un langage commun grâce auquel les professionnels de la santé peuvent échanger des informations sanitaires partout dans le monde. Le burn-out, qui fait son entrée dans la section consacrée aux «problèmes associés» à l'emploi ou au chômage, porte ainsi désormais le nom de code QD85.

Il y est décrit comme «un syndrome (...) résultant d'un stress chronique au travail qui n'a pas été géré avec succès» et qui se caractérise par trois éléments : «un sentiment d'épuisement, du cynisme ou des sentiments négativistes liés à son travail et une efficacité professionnelle réduite».

Le registre de l'OMS précise que le burn-out «fait spécifiquement référence à des phénomènes relatifs au contexte professionnel et ne doit pas être utilisé pour décrire des expériences dans d'autres domaines de la vie».

La nouvelle classification, appelée CIP-11 et déjà publiée l'an dernier, a été officiellement adoptée au cours de cette 72e Assemblée mondiale et entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Elle comporte de nouveaux chapitres, dont un consacré à la santé sexuelle. Il recouvre des affections auparavant classées ailleurs, comme l'«incongruence de genre», à savoir le transsexualisme, classée jusqu'alors avec les troubles mentaux.

Le trouble du jeu vidéo a été ajouté à la section sur les troubles de la dépendance. La nouvelle classification de l'OMS propose aussi un nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Bourse: pourquoi le mouvement de repli n'est pas fini

Mis à jour le 09/08/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les signaux techniques suggèrent que la Bourse n'a pas atteint les extrêmes nécessaires pour forger un plancher.

Chronometriq accélère sa croissance en créant un partenariat avec l'américaine ELLKAY

31/07/2019 | Pascal Forget

Chronometriq accélère sa croissance avec un partenariat avec la société américaine ELLKAY.

À la une

Près de 2M$ pour l'expansion de PhenoSwitch Bioscience

14:30 | Pascal Forget

PME DE LA SEMAINE. PhenoSwitch Bioscience, de Sherbrooke, obtient un financement de 2M$ pour accélérer son expansion.

Quel avenir pour les taux? Heure cruciale pour la Fed

12:17 | AFP

Le patron de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, va prononcer vendredi à Jackson Hole un discours crucial.

La Fed veut garder «ses options ouvertes» sur l'évolution des taux

21/08/2019 | AFP

La Fed estime que la faible croissance mondiale et les tensions commerciales risquaient de ralentir l'économie des É-U.