Un redémarrage et un nouveau cadre de travail pour l'industrie minière

Publié le 23/04/2020 à 14:13

Un redémarrage et un nouveau cadre de travail pour l'industrie minière

Publié le 23/04/2020 à 14:13

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Le feu vert pour le redémarrage a été obtenu la semaine dernière, mais il faudra néanmoins du temps à l’industrie minière avant de retrouver sa vitesse de croisière, particulièrement pour les sites où l’on fait venir les travailleurs de l’extérieur grâce au transport aérien (fly-in/fly-out).

Avions à moitié remplis, désinfection des appareils après chaque vol et limites de passagers dans les autobus qui transportent les employés de l’aéroport jusqu’aux complexes miniers; les règles sanitaires et la distanciation physique se traduisent par des défis logistiques et une augmentation des coûts. Les syndicats, eux, surveillent de près le moral des troupes dans le nouveau contexte de travail.

« Tant qu’il n’y aura pas un vaccin ou une façon de contrôler le virus, j’ai l’impression que la plupart de ces mesures vont demeurer en place », a expliqué au bout du fil David Cataford, le chef de la direction de Minerai de fer Québec, qui exploite la mine du lac Bloom, près de Fermont, sur la Côte-Nord.

La mine faisait partie des cinq complexes qui pouvaient maintenir certaines activités malgré la pause décrétée dans l’ensemble de la province en raison de la pandémie de COVID-19. C’est au cours de la semaine que s’effectue le changement de quart au lac Bloom avec l’arrivée de nouveaux travailleurs. Normalement, les travailleurs qui arrivent au lac Bloom travaillent 14 jours consécutifs pour ensuite bénéficier d’une période de repos équivalente. M. Cataford explique que cela est maintenant passé à 21 jours afin de limiter les déplacements.

Sur le site, des espaces communs ont été réaménagés. On demande aux travailleurs d’emporter leurs repas dans leur lieu de résidence. Pour se déplacer, chaque camionnette est assignée à deux travailleurs. Les employés de l’entreprise qui habitent à Fermont font du télétravail pour limiter les déplacements.

« Nos dépenses sont plus élevées, a expliqué M. Cataford, sans toutefois fournir de chiffres. Le prix du fer se porte bien et il n’y a pas eu de baisse pendant la pandémie. On peut donc continuer à avoir une certaine profitabilité. »


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Glencore veut recycler davantage de cuivre

25/06/2020 | François Normand

Les sources de concentrés locaux diminueront de 50% d'ici 5 ans, forçant la minière à trouver de nouveaux intrants.

ArcelorMittal songerait à vendre des actifs au Québec

22/06/2020 | François Normand

Elle voudrait vendre des actifs qui desservent sa mine de minerai de fer de Mont-Wright, selon le Financial Times.

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...