Transition énergétique: le ministre O'Regan mise sur le nucléaire

Publié le 18/12/2020 à 15:15

Transition énergétique: le ministre O'Regan mise sur le nucléaire

Publié le 18/12/2020 à 15:15

Par La Presse Canadienne

Les petites centrales nucléaires, connues comme des petits réacteurs modulaires, jouent un rôle essentiel selon lui. (Photo: Adruan Wyld pour La Presse canadienne)

L’énergie nucléaire est essentielle pour atteindre les objectifs climatiques du Canada, selon le ministre fédéral de l’Énergie et des Ressources naturelles, Seamus O’Regan.

Selon M. O’Regan, les petites centrales nucléaires, connues comme des petits réacteurs modulaires, jouent un rôle essentiel dans cette stratégie.

Le ministre a annoncé vendredi le soutien du gouvernement fédéral pour le développement de cette nouvelle technologie.

Il a ajouté qu’il serait trop coûteux pour le Canada d’ignorer l’énergie nucléaire. De plus, selon lui, le pays risquerait de ne pas atteindre sa cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les yeux du monde sont rivés sur l’approche du Canada quant aux petits réacteurs modulaires, a affirmé M. O’Regan.

 

Sur le même sujet

Le titre de Xebec a fondu de moitié

17/03/2021 | François Normand

Le 12 mars, la PME a publié une mise à jour de ses prévisions de 2020 où elle indique qu'elle manquera sa cible.

Climat: le Québec doit investir de 10 à 13 G$ pour sa transition

11/03/2021 | François Normand

L'Association québécoise de la production d'énergie renouvelable vient de publier sa Feuille de route 2030.

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.