Toyota lorgne les terres rares du Québec

Publié le 13/12/2011 à 15:54

Toyota lorgne les terres rares du Québec

Publié le 13/12/2011 à 15:54

Par AFP

Le constructeur automobile Toyota s'intéresse à un gisement de terres rares au Québec et envisage d'y investir, a annoncé mardi la société d'exploration minière Matamec Explorations.

Matamec a signé une lettre d'intention non-obligatoire avec Toyota qui veut s'assurer un approvisionnement en terres rares lourdes pour la production de véhicules hybrides et électriques, a annoncé la société dans un communiqué.

L'objectif de cette entente est d'accélérer la production de terres rares lourdes au site de Kipawa, situé dans la région d'Abitibi-Témiscamingue.

A la suite d'une étude de faisabilité, Toyota et Matamec pourraient établir une coentreprise pour exploiter ce site. Le constructeur japonais deviendrait alors propriétaire de 49% de Kipawa, alors que Matamec détiendrait 51% des parts.

Les terres rares sont un groupe de 17 métaux indispensables à la fabrication de produits de haute technologie comme les voitures électriques, les éoliennes, les écrans plats, les disques durs d'ordinateurs ou les lecteurs MP3. La Chine assure à elle seule environ 95% de la production mondiale.

Le contrôle des terres rares par Pékin inquiète plusieurs pays et entreprises, qui cherchent de nouveaux producteurs à l'extérieur de la Chine.

En décembre 2010, Pékin avait décidé de réduire de 35% ses quotas d'exportation de terres rares pour le premier semestre 2011, déclenchant les protestations du Japon, des États-Unis et de l'Allemagne.

À la une

Un nouveau modèle d’usine intelligente pour votre entreprise

28/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Deloitte lance une usine à Montréal qui fait la démonstration d’activités d’entreposage et de fabrication 4.0.

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.