TC Énergie lance la construction de Keystone XL

Publié le 07/04/2020 à 09:14

TC Énergie lance la construction de Keystone XL

Publié le 07/04/2020 à 09:14

Par La Presse Canadienne
Des gens manifestent

Des chefs tribaux et des écologistes demandent pourtant de mettre une pause lors de la pandémie. (Photo: Matthew Brown/ La Presse canadienne)

TC Énergie a annoncé lundi avoir entamé la construction du pipeline de sables bitumineux Keystone XL, malgré les appels des chefs tribaux et des écologistes pour reporter le projet de 8 milliards $ US en cette période de pandémie.

Un porte-parole de l’entreprise de Calgary a indiqué que les travaux avaient commencé ce week-end à la frontière nord du Montana, une région éloignée où se trouvent des ranchs de bétail et des champs de blé. Selon la société, une centaine de travailleurs sont impliqués dans un premier temps, mais ce nombre devrait se chiffrer en milliers au cours des prochains mois.

Le pipeline de 1930 kilomètres a été proposé en 2008 et transporterait jusqu’à 830 000 barils de brut par jour vers les raffineries et les terminaux d’exportation du golfe du Mexique.

Mais le projet est au cœur, depuis des années, de luttes juridiques et de plusieurs contestations judiciaires, dont certaines sont toujours en suspens, incluant une qui doit être présentée à un juge la semaine prochaine.

TC Énergie a surpris plusieurs observateurs en annonçant, la semaine dernière, son intention de commencer les travaux de construction, soutenu par un investissement de 1,1 milliard $ US du gouvernement provincial de l’Alberta. Vendredi, le département de la qualité de l’environnement du Montana a délivré les derniers permis d’État dont l’entreprise avait besoin, a précisé la porte-parole de l’agence, Rebecca Harbage.

Les dirigeants de communautés autochtones et certains résidents de localités rurales le long du tracé du pipeline craignent que les travailleurs ne propagent le coronavirus. Pas moins de 11 camps de construction, certains pouvant accueillir jusqu’à 1000 personnes, étaient initialement prévus pour le projet, mais TC Énergie a indiqué que ceux-ci faisaient maintenant l’objet d’un examen en raison du virus.

TC Énergie dit avoir l’intention de vérifier la température de tout le monde qui entrera sur les lieux de travail et de s’assurer que les travailleurs pratiquent la distanciation physique.

En janvier, les opposants avaient demandé au juge de district américain Brian Morris de bloquer tout travail pendant que les contestations judiciaires étaient en cours. Ils ont fait valoir que le défrichement et l’abattage des arbres le long du parcours détruiraient l’habitat des oiseaux et de la faune. Des tribus amérindiennes le long du tracé du pipeline ont souligné que le pipeline pourrait faire l’objet d’une fuite et déverser du pétrole dans des voies navigables comme la rivière Missouri.

Une audience sur la demande de blocage des travaux est prévue le 16 avril devant le juge Morris, à Great Falls.

Le projet Keystone XL a été rejeté à deux reprises par l’ancien président américain Barack Obama, en raison des craintes entourant son impact sur le changement climatique. Le président Donald Trump a relancé le projet par la suite et a donné son approbation après que M. Morris eut ordonné d’en bloquer la construction en 2018.

 

Sur le même sujet

Joe Biden promet de déchirer le projet de l’oléoduc Keystone XL

Le porte-parole de TC Energy, Terry Cunha a publié lundi un communiqué dans lequel il vente les vertus de Keystone XL.

À surveiller: Dollarama, Canada Goose et TC Energy

Que faire avec les titres de Dollarama, Canada Goose et TC Energy?

À la une

Crise des finances publiques? Quelle crise?

30/05/2020 | François Normand

ANALYSE - Quand il y a des crises graves, les gouvernements haussent les impôts. C'est la leçon du 20e siècle.

Il y a toujours des raisons de garder espoir

BLOGUE. La Bourse s'offre un deuxième mois fort rentable grâce aux largesses monétaires.Les indicateurs se contredisent.

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

29/05/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.