Rio Tinto Alcan vend un établissement à la société française Axens

Publié le 04/08/2010 à 14:46

Rio Tinto Alcan vend un établissement à la société française Axens

Publié le 04/08/2010 à 14:46

Par La Presse Canadienne

Photo : Bloomberg

Rio Tinto Alcan a annoncé mercredi la vente de ses activités d'alumine activée de Brockville, en Ontario, à la société française Axens.

Les termes de l'entente avec Axens, une filiale d'IFP Energies nouvelles, n'ont pas été rendus publics par Rio Tinto Alcan, filiale montréalaise de Rio Tinto.

La décision de vendre les installations de Brockville découle d'une évaluation stratégique de la division nord-américaine d'alumines de spécialité, a affirmé Frédéric Ramé, directeur des alumines de spécialité chez Rio Tinto Alcan, par voie de communiqué.

L'établissement "a été très performant au fil des ans" et Rio Tinto Alcan se dit "convaincu" qu'il le demeurera, notamment grâce aux nouvelles occasions de croissance dont il bénéficiera sous la direction d'Axens", a-t-il ajouté.

L'établissement de Brockville compte 52 employés.

Axens est un fournisseur international de technologies évoluées, de catalyseurs et de services connexes. Ses activités portent principalement sur la conversion du pétrole, du charbon, du gaz naturel et de la biomasse en combustibles propres, ainsi que sur la production et l'épuration d'importants intermédiaires pétrochimiques.

Rio Tinto Alcan a procédé à plusieurs changements stratégiques depuis son acquisition par le géant minier australo-britannique.

Mardi, sa filiale Câble Alcan a annoncé la fermeture de l'usine de fabrication de câbles Roseburg, en Oregon, d'ici la fin de l'année. Cette décision affecte 77 travailleurs.

À suivre dans cette section

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.