La Régie de l'énergie juge le projet Énergie Est «souhaitable»

Publié le 07/01/2015 à 14:22

La Régie de l'énergie juge le projet Énergie Est «souhaitable»

Publié le 07/01/2015 à 14:22

Par La Presse Canadienne

(Photo: Bloomberg)

Dans son avis rendu public mercredi, la Régie de l'énergie du Québec affirme que le projet Énergie Est de TransCanada est «souhaitable». Elle ajoute toutefois que ce sont les expéditeurs de pétrole qui devraient assumer les coûts associés au volet pétrolier de ce projet et que les distributeurs de gaz ne devraient pas être les seuls à assumer les coûts du volet gazier. 

Le projet Énergie Est vise à transporter 1,1 million de barils de pétrole brut par jour, de l'Alberta jusqu'au Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec et l'Ontario, soit sur 4600 kilomètres.

La Régie de l'énergie souligne que le projet Énergie Est a été conçu pour desservir avant tout les expéditeurs de pétrole. Donc, selon elle, ce devrait être eux qui assument les coûts du volet pétrolier du projet.

Pour ce qui est du volet gazier du projet, la Régie note qu'il suppose des coûts et des risques que les expéditeurs de gaz n'ont pas à assumer présentement. Et elle estime qu'ils ne devraient pas être les seuls à les assumer.

En ce sens, la Régie dit souhaiter que TransCanada révise son projet «de façon à assurer aux expéditeurs gaziers qu'ils n'interfinanceront pas le volet pétrole du projet et qu'ils n'auront pas à assumer un risque plus grand qu'actuellement».

Au cours d'une entrevue, le ministre québécois de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, s'est félicité de l'éclairage «très intéressant» apporté par la Régie de l'énergie. 

Il a invité TransCanada et Gaz Métro à discuter dans le but de parvenir à une entente sur une vision commune du projet avec des coûts acceptables. Il faut, dit le ministre, «tenir compte des intérêts des consommateurs et des entreprises pour ce qui est des tarifs de gaz naturel». 

Sur un plan plus général, la Régie estime que d'ici 2030, la demande en gaz naturel au Québec croîtra d'environ deux pour cent par année. Elle juge que la seule option d'approvisionnement fiable consistera à acheter du gaz naturel provenant de l'extérieur du Québec et à l'acheminer au Québec par le réseau principal de TransCanada. 

La Régie est d'avis que le gaz de schiste du Québec, ainsi que le gaz naturel de l'île d'Anticosti et de la Gaspésie, «ne peuvent être considérés comme des options d'approvisionnement fiables à l'horizon 2030, en raison notamment des enjeux relatifs à la rentabilité économique, à l'environnement et à l'acceptabilité sociale».

Elle ajoute que même si tous les projets de gaz naturel du Québec annoncés à ce jour devaient se concrétiser, «la production totale provenant de cette source ne représenterait qu'environ 1,4% des besoins du Québec en 2030. Cette option ne peut donc assurer la fiabilité des approvisionnements du Québec», écrit la Régie dans son avis de 84 pages.

La Régie de l'énergie a déjà remis son avis au ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, le 18 décembre. Elle a produit cet avis à la suite d'une demande qui lui avait été faite de se pencher sur les approvisionnements en fourniture et transport de gaz naturel nécessaires pour répondre aux besoins des consommateurs québécois à moyen et long termes.

Elle n'a toutefois pas examiné deux aspects importants, à savoir le tracé du projet d'oléoduc et les répercussions du projet sur l'environnement.

À la une

Préparez-vous à de l’instabilité politique à Ottawa

25/09/2021 | François Normand

ANALYSE. Depuis 1962, 10 des 20 élections fédérales ont produit un gouvernement minoritaire. Depuis 2004, c'est 5 sur 7.

Michael Kovrig et Michael Spavor libérés de Chine ont atterri au Canada

Mis à jour le 25/09/2021 | AFP

Les deux hommes, relâchés peu après le départ de Meng Wanzhou pour la Chine, ont atterri à Calgary.

Huawei, Meng Wanzhou et les deux Michael: une saga diplomatico-judiciaire

Mis à jour le 24/09/2021 | AFP

Retour sur les moments les plus marquants de cette saga.