Quatre raisons d'investir dans Potash

Publié le 21/07/2011 à 15:08, mis à jour le 21/07/2011 à 16:39

Quatre raisons d'investir dans Potash

Publié le 21/07/2011 à 15:08, mis à jour le 21/07/2011 à 16:39

Par Stéphane Rolland

Photo : Bloomberg

Les investisseurs qui misent sur une progression d’un titre à court-moyen terme auraient intérêt à acheter l’action de Potash avant la publication de ses résultats la semaine prochaine, estime Ben Isaacson, analyste de Scotia Capitaux. Quatre arguments soutiennent son hypothèse.

M. Isaacson émet une recommandation «surperformance» et une cible de 63 $US sur le parquet new-yorkais. Notons que le titre du premier producteur d’engrais s’échange à Toronto et à New York.

Premièrement, la tendance est haussière pour les prix de la potasse, selon l’analyste. Il note que les inventaires américains de potasse sont en décroissance par rapport au mois dernier, ce qui rend le marché serré. Le Brésil serait susceptible d’accepter une augmentation du prix de cette matière au quatrième trimestre de cette année. L’Inde, quant à elle, est sur le point de signer une entente d’approvisionnement avec BPC, un exportateur de potasse.

Deuxièmement, contrairement à Mosaic, Potash ne devrait pas enregistrer une érosion de sa marge de profit, car le fleuron de la Saskatchewan a commencé ses investissements plus tôt que l’entreprise du Manitoba. Troisièmement, la demande devrait demeurer forte cet automne, prédit l’analyste.

Finalement, M. Isaacson anticipe que la société battra le consensus des analystes sur le profit par action de 7% au deuxième trimestre. Les analystes anticipent un profit par action de 84,6 cents et des revenus de 1,991 G$US. Les résultats seront dévoilés le 28 juillet.

La majorité des analystes aiment le titre de Potash. Des 23 analystes qui le suivent, 16 font une recommandation d’achat, 6 émettent une recommandation «conserver» et un suggère de vendre l’action. Le cours cible moyen à Toronto est de 63,41 $.

Dans une note publiée jeudi, Pierre Lapointe, de Brockhouse Cooper, anticipe une augmentation du prix des engrais. Il constate que le marché est serré et que la demande demeure forte.

 

À la une

C'est votre plus grand risque d'affaires, mais vous refusez de le voir (2)

09:00 |

ANALYSE. Un nombre grandissant d'investisseurs et d'entreprises disent que le risque climatique doit être LA priorité.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

09/09/2021 | Les Affaires

Les Affaires souhaite souligner le travail inspirant de PDG en cette période pleine d'incertitudes.

L'inspection et une garantie légale de qualité bientôt obligatoires?

17/09/2021 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. Il ne sera plus possible de s’improviser inspecteur sans posséder la formation adéquate.