Pétrole d'Anticosti: les partenaires de Pétrolia devront payer

Publié le 22/07/2016 à 15:32

Pétrole d'Anticosti: les partenaires de Pétrolia devront payer

Publié le 22/07/2016 à 15:32

La justice canadienne a ordonné vendredi au gouvernement du Québec et à la compagnie pétrolière Saint-Aubin d'honorer leurs engagements avec la société canadienne Pétrolia, à laquelle ils sont associés pour le projet de pétrole de schiste de l'île d'Anticosti.

Saisie en référé, la Cour supérieure du Québec a ordonné à la société publique Ressources Québec (détenue par le gouvernement de la Belle Province) et à Saint-Aubin Energie (filiale canadienne de Maurel et Prom) de fournir à la co-entreprise qu'ils détiennent avec Pétrolia les fonds nécessaires pour son fonctionnement de base jusqu'en mai.

Le tribunal n'a toutefois pas accédé à la demande de Pétrolia de contraindre ses associés de décaisser les 13 millions de dollars nécessaires pour réaliser des forages exploratoires sur Anticosti, à l'aide la fracturation hydraulique, prévus initialement cet été.

Les trois groupes se sont associés en avril 2014 avec la création d'une co-entreprise d'exploration pétrolière, Hydrocarbures Anticosti (HASEC), afin d'exploiter le brut du sous-sol de l'île d'Anticosti, dans le golfe du Saint-Laurent, dont Pétrolia détenait alors les permis d'exploration.

Le Québec possède à 35% cette coentreprise, via la société publique Ressources Québec, tandis que Pétrolia, Corridor Ressources et Saint-Aubin Energie (filiale canadienne de Maurel et Prom) détiennent chacun 21,7% des parts.

Les trois forages ont été permis en juin par la voie de quatre certificats d'autorisation du ministère de l' Environnement. L'entreprise, qui avait déposé sa demande en février, a soutenu que le ministère s'était pourtant engagé à répondre avant la fin d'avril. Aussitôt autorisés, les forages ont suscité une autre controverse, puisqu'ils nécessiteront le pompage de 30 millions de litres d'eau à même des rivières à saumon.

Grande comme la Corse, Anticosti est un joyau écologique que se partagent 200 habitants et 200.000 cerfs de Virginie. Ses entrailles contiendraient de 30 à 40 milliards de barils de pétrole de schiste, dont une infime partie (entre 1% et 5%) est récupérable. Le programme d'exploration actuellement en cours vise à déterminer et à valider avec précision son potentiel en hydrocarbures.

 

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...