Pétrole: un nouveau boom en 2009 ?

Publié le 24/12/2008 à 00:00

Pétrole: un nouveau boom en 2009 ?

Publié le 24/12/2008 à 00:00

Si les experts s’entendent pour prévoir un retour de balancier, les marchés à la fin de 2008 pointent vers le bas à une vitesse vertigineuse. 

 



Pour l’immédiat, tout se passe comme si la demande actuelle demeurait le seul et unique facteur de prix. Et la liste sans fin d’indicateurs économiques moribonds s’invite sur les marchés refroidissant les élans de reprise.

Et même l’Opep n’y peut rien. Réputée pour l’indiscipline de ses membres, les annonces de baisses de production passent comme si de rien n’était. Ou plutôt, elles sont interprétées comme des signes de faiblesse massive de la demande qui induisent des chutes de prix encore plus brutales.

Pourtant, certains analystes commencent à se dire que les investisseurs ont tort d’ignorer les annonces de l’Opep. L’Agence Internationale de l’Énergie estime que 60% à 70% des baisses annoncées se transformeront en baisses effectives de production.

«L’Opep est parvenue à ramener la production vers le bas dans le passé. Cependant, historiquement, cela lui prend environ un an pour mettre à exécution ses annonces de baisses», souligne Andrew Potter d’UBS.

De plus, avec ou sans annonces de l’Opep, les experts s’accordent pour dire qu’à la fin de 2008, le pétrole était une marchandise «survendue». Son prix ne correspondait pas à l’équilibre naturel du marché. Aux prix actuels, les finances publiques des pays producteurs sont dans le rouge, les projets d’exploration et de développement sont gelés.

«Le secteur de l’énergie s’est littéralement mis en grève», souligne Paul Horsnell de Barclays Capital. Ce qui pourrait conduire à une insuffisance de l’offre en 2010, voire même dès la fin de 2009, pense-t-il.

Boom ou reprise modeste ?

Si la demande mondiale de pétrole a reculé en 2008, une première en 25 ans, elle devrait reprendre le chemin de la croissance dès 2009, prévoit l’Agence Internationale de l’Énergie. Et quand l’économie demandera du pétrole pour alimenter cette reprise, le pétrole viendra à manquer.

À la CIBC, Jeff Rubin, connu pour être le plus agressif des économistes canadiens en matière de pétrole, estime que, rien que dans les sables bitumineux canadiens, les gels de projets conduiront à priver le marché de 800 000 barils par jour, soit de près de la moitié de la croissance initialement prévue pour les cinq prochaines années. Et les mêmes scénarios se produisent au Brésil, en Afrique de l’Ouest ou au Moyen Orient.

Si la remontée du prix semble évidente au vu de la contraction excessive de l’offre, le moment de cette reprise fait débat.
«Les restrictions du moment sur l’offre sont une recette miracle pour créer un nouveau boom pétrolier dans les prochaines années», souligne Jeff Rubin, qui anticipe un retour à 100 dollars le baril dès la fin de 2009.

Plus prudent, l’économiste principal de la Banque Nationale Yanick Desnoyers, pense que le pétrole remontera certes mais que la hausse se fera attendre. «Les matières premières sont des actifs dits de fin de cycle. Ils ne remontent qu’après une reprise de l’activité économique», explique-t-il.

Les experts tablent donc pour une remontée des prix à la fin de 2009…voire même au début de 2010.


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

À la une

L'usine de Bombardier à La Pocatière perd un contrat

Les deux parties ont indiqué, mardi, que la décision avait été prise d’un « commun accord ».

Pourquoi Innergex mise de plus en plus sur le stockage d'énergie aux États-Unis

Depuis mai, Innergex a signé quatre contrats d'approvisionnement d'énergie solaire à Hawaï comprenant du stockage.

Bourse: Wall Street près de l'équilibre après plusieurs baisses

09:37 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York avait reculé lundi dans un marché paralysé par des craintes économiques.