Mines: le Québec de moins en moins attractif

Publié le 25/02/2020 à 14:24

Mines: le Québec de moins en moins attractif

Publié le 25/02/2020 à 14:24

Par François Normand

Les activités d'ArcelorMittal à Fermont, au Québec. (Photo: Getty Images)

Le Québec est passé du 4e au 18e rang mondial dans la plus récente enquête annuelle (Survey of Mining Companies 2019) de l’Institut Fraser sur l’attractivité des juridictions minières.

«C’est une réelle douche d’eau froide qu’a reçue le Québec avec la publication des résultats de l’enquête annuelle de l’Institut Fraser», affirme l’Association minière du Québec (AMQ) dans un communiqué publié ce mardi.

Selon l’organisme, l’étude démontre qu’Ottawa et Québec «ne sont pas parvenus à proposer un climat attractif pour les investisseurs».

Le classement regroupe aussi bien des pays que des États fédérés comme le Québec, l’Alaska ou l’Australie-Occidentale.

Source image : Institut Fraser, Survey of Mining Companies 2019

Dans son classement, l’Institut Fraser mesure si les facteurs politiques encouragent ou découragent l'investissement minier comme la fiscalité et l'incertitude réglementaire. L’organisme a sondé 2 400 personnes de l’industrie dans le monde entre le 20 août et le 8 novembre 2019.

L’AMQ souligne que ce classement est «pire résultat» pour le Québec depuis 2014. De plus, dans l’ensemble du Canada, l’État québécois glisse de la 2e à la 3e troisième position au niveau des provinces derrière la Saskatchewan et l’Ontario.

L’organisme a identifié quatre enjeux particulièrement problématiques pour le Québec dans le classement de l’Institut Fraser :

  • l’incertitude concernant la réglementation environnementale (du 10e au 41e rang).
  • les doublons et les incohérences réglementaires (du 17e au 27e rang).
  • l’incertitude à propos des aires protégées (du 13e au 27e rang).
  • l’incertitude en ce qui a trait à l’administration, à l’interprétation et à l’application de la réglementation existante (du 11e au 28e rang).

Plus globalement, l’AMQ déplore notamment une adoption tardive de la nouvelle loi fédérale sur les processus d’autorisation environnementale, tandis qu’elle rappelle que le secteur minier au Québec est toujours en attente des nouvelles dispositions réglementaires sur ces processus.

 

 

Sur le même sujet

Crise des finances publiques? Quelle crise?

30/05/2020 | François Normand

ANALYSE - Quand il y a des crises graves, les gouvernements haussent les impôts. C'est la leçon du 20e siècle.

La pandémie a ralenti la pollution de l'air dans les grandes villes canadiennes

Les capteurs satellites à distance ont enregistré des baisses significatives de la pollution par le dioxyde d’azote.

À la une

Bourse: Wall Street focalisée sur le redémarrage de l'économie

Mis à jour le 01/06/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La perspective du redémarrage progressif de l’économie l’emporte sur les inquiétudes.

Titres en action: Cineplex, Bell Canada

Mis à jour le 01/06/2020 | La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Tensions raciales: report du lancement de nouveaux produits

01/06/2020 | AFP

«Pour l’instant (...) il faut surtout permettre à des voix plus importantes d’être entendues», a justifié PlayStation.