Mines: Métaux Blackrock envisage une deuxième transformation

Publié le 20/11/2014 à 11:26

Mines: Métaux Blackrock envisage une deuxième transformation

Publié le 20/11/2014 à 11:26

Ça bouge dans le secteur minier de la région de Chibougamau. Métaux Blackrock, qui met en valeur une mine de fer sur la propriété du Lac Doré (20 km au sud de Chibougamau) avec des intérêts chinois, envisage une deuxième transformation du minerai. Cela porterait le coût de son projet à près de 1,2G$. 

Sa rivale, la minière VanadiumCorp (TSX-V, VRB), située sur le même site, s’apprête de son côté à livrer une étude économique préliminaire en vue de la production de vanadium, un métal qui renforce les alliages d'acier, dès la fin de 2017.

Le minerai de fer qui se trouve au Lac Doré contient de la magnétite (fer) à un niveau de concentration d’approximativement 35%, de l’ilménite (titane) à 17,4% et du vanadium à 0,5%, selon une étude de faisabilité réalisée en 2002, la dernière à avoir été rendue publique.

Propriétaire de deux dépôts totalisant 14 kilomètres, Métaux Blackrock avait d’abord l’intention d’extraire le fer enrichi de vanadium pour l’exporter en Chine. La mine devait démarrer en 2014. Or, le prix du fer a chuté de façon marqué: il a perdu 46% de sa valeur entre le début de l’année et le 18 novembre.

Lors d’un colloque minier tenu à Chicoutimi le 10 novembre dernier, le vice-président de l’entreprise, Patrice Beaudry, a dévoilé que l'entreprise envisageait maintenant l’ajout d’une fonderie pour traiter l’ilménite des gisements et en faire de la fonte de première fusion de ttype Pig Iron ou Titanium Slag, utilisée dans les aciéries. Cela permettrait d’augmenter les débouchés de la mine, a-t-il fait valoir.

Cette deuxième transformation exigerait des déboursés additionnels d’entre 200M$ et 300M$, toujours selon M. Beaudry. Interrogé au congrès Québec-Mines, tenu cette semaine à Québec, le président de Blackrock, Jean Rainville, a refusé de dire si le financement pour le projet était bouclé.

L’entreprise, qui devait entrer en Bourse cette année, a reporté ce projet. Blackrock a déjà reçu 40M$ de son actionnaire principal, la société chinoise Prosperity Minerals, une participation de 45M$ de Ressources Québec et une entente valant 150M$ d’un fonds de Oman. Jusqu’à maintenant, elle a dépensé 65M$ sur son projet.

Le 8 novembre dernier, elle a obtenu son permis environnemental du gouvernement fédéral. L’entreprise vient d’acquérir 864 acres de terrains additionnels autour du site dans le but de mieux planifier ses infrastructures: elle doit y bâtir un chemin de fer de 27 kilomètres reliant la mine au réseau ferroviaire du Canadien National. Elle a aussi en main une entente avec Hydro-Québec pour une ligne de transmission et le port de Grande Anse, d’où seraient expédiés les quelque 3 millions de tonnes de concentré qu’elle entend produire annuellement. En outre, Blackrock a une entente avec les Cris - la mine est sur le territoire conventionné de la Baie-James - de même qu’avec les villes de Chibougamau et Chapais. On vise une production vers la fin 2017.

Vanadium se fait connaître

À la une

Ottawa conclut un plan d'aide à Air Canada de 5,9G$

Le transporteur aérien devra rembourser les vols annulés en raison de la pandémie de COVID-19.

À surveiller: Air Canada, Goodfood et Banque BMO

Il y a 30 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres d’Air Canada, Goodfood et Banque BMO? Voici quelques recommandations d'analystes.

Profils atypiques: les zèbres, qui sont-ils vraiment?

BLOGUE INVITÉ. La notion de «zèbre» a été proposée pour la première fois par la psychologue Jeanne Siaud Facchin.