Les producteurs de grains québécois demandent l'aide de l'État

Publié le 30/07/2018 à 10:19

Les producteurs de grains québécois demandent l'aide de l'État

Publié le 30/07/2018 à 10:19

Par La Presse Canadienne

[Photo: 123rf.com]

Les producteurs de grains du Québec demandent aux gouvernements provincial et fédéral de les soutenir financièrement pour faire face à leurs concurrents américains qui se sont vu offrir des fonds par l’administration Trump, dans un contexte de guerre commerciale.

L’aide d’urgence de 12 milliards $ US aux agriculteurs annoncée par le président américain Donald Trump la semaine dernière confirme les impacts de cette guerre commerciale internationale sur l’agriculture, selon les producteurs de grains du Québec.

Le président de l’association, Christian Overbeek, a plaidé dans un communiqué que ces subventions « menacent d’amplifier l’instabilité et la chute des prix mondiaux », ce qui favoriserait leurs concurrents américains.

« Si le marché sait qu’il y a 12 milliards $ de disponible de la part du gouvernement, le marché de commodité va diminuer de valeur de ce montant-là. Ça a un effet direct sur le marché des grains québécois, parce qu’on est en référence directe avec le marché américain », a précisé M. Overbeek en entrevue avec La Presse canadienne.

Les producteurs de grains réitèrent également auprès des gouvernements leur souhait désormais « plus que jamais urgent » de mettre en place des programmes de sécurité du revenu et de gestion des risques.

De tels programmes, affirment-ils, leur permettraient d’affronter une crise majeure qui provoquerait un cycle prolongé de bas prix.

« Les conséquences à court terme (seraient) une diminution importante au niveau de nos investissements dans le renouvellement de nos équipements, dans les investissements pour acquérir des technologies pour continuer à améliorer notre performance agronomique, notre performance technique à court terme », a souligné M. Overbeek.

« Mais si la situation persiste, c’est la viabilité des entreprises en tant que telles qui va être mise à risque, fortement. Donc une diminution importante de la production de grains elle-même, qui sert à nourrir toutes les autres exploitations du secteur animal au Québec. »

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Beyond Meat force Bayer à réfléchir à l'avenir

28/06/2019 | Siham Lebiad

L’industrie agrochimique a du souci à se faire. L'entrée de Beyond Meat menace ses activités.

Suspension des importations de porc en Chine: Banque Nationale fléchit

Mis à jour le 26/06/2019 | Dominique Beauchamp

La Banque Nationale s'incline un peu plus que ses rivales parce que 45% du porc canadien est produit au Québec.

OPINION Des tomates au cannabis: feu (complètement) vert à Mirabel!
Édition du 06 Avril 2019 | Les Affaires
La lutte contre le gaspillage alimentaire continue
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
Les marchés de proximité : une occasion à saisir
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

18/07/2019 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

18/07/2019 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

18/07/2019 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».