Les prix de l'essence grimpent, d'autres hausses à prévoir

Publié le 02/07/2021 à 15:39

Les prix de l'essence grimpent, d'autres hausses à prévoir

Publié le 02/07/2021 à 15:39

Par La Presse Canadienne
Une pompe à essence

Le prix moyen de l’essence à Vancouver a atteint 1,74 $ vendredi. (Photo: 123RF)

Le prix de l’essence a atteint un sommet sans précédent à Vancouver vendredi et a augmenté de façon spectaculaire dans tout le pays, alors que d’autres hausses sont à prévoir selon un analyste. 

Le président d’Énergie abordable pour les Canadiens, Dan McTeague, affirme que le prix moyen de l’essence à Vancouver a atteint 1,74 $ vendredi, et que celui en Ontario a été de 1,35 $ le litre en moyenne. 

Selon le site web Essence Montréal, le prix moyen de l’essence au Québec était de 1,36 $ le litre en milieu de journée.

M. McTeague s’attend à ce que les prix grimpent encore davantage à mesure que les voyages aériens reprennent et que l’assouplissement des restrictions pandémiques augmente la demande pour le carburant. 

La vitesse à laquelle les prix de l’essence ont augmenté est selon lui remarquable, les prix moyens au Canada ayant cru de 30 cents depuis le début de l’année. 

«C’est assez important, et nous n’avons pas tout à fait atteint ce que nous allons atteindre», a−t−il déclaré. 

Il affirme que l’augmentation était due à une augmentation rapide de la demande alors que l’Amérique du Nord se déconfine. 

La canicule en cours dans la partie ouest du continent a également contribué à mettre une pression sur les prix, certaines raffineries étant à des niveaux d’exploitation inférieurs. 

«C’est le développement d’une tempête parfaite pour les consommateurs et nous devons nous y préparer et envisager une année très coûteuse à venir», a déclaré M. McTeague. 

Il a dit s’attendre à ce que le prix du pétrole brut atteigne environ 84 $ le baril, par rapport à 75 $ le baril vendredi. 

Il y a davantage de signes que les prix du pétrole vont grimper, a−t−il ajouté, comme le fait qu’il y a eu six semaines consécutives de baisse des stocks de pétrole, l’Agence américaine d’information sur l’énergie faisant état d’une pénurie moyenne d’environ 5 millions de barils.

Il s’agissait, a noté M. McTeague, de la plus longue séquence de baisses enregistrée et elle était due à une réduction continue de la quantité de pétrole extrait en Amérique du Nord.

Sur le même sujet

Nouveaux sommets depuis 2014 pour le pétrole

26/01/2022 | AFP

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord avait dépassé 90 $US pour la première fois depuis octobre 2014.

Les dépenses en immobilisations des pétrolières devraient grimper de 22% en 2022

Les dépenses en immobilisations dans le secteur devraient atteindre 32,8 G$, contre environ 26,9 G$ en 2021.

À la une

«Au secours, je n'ai plus une minute à moi!»

MAUDITE JOB! «Je suis toujours à la course, toujours en retard, toujours à bout de souffle. Vite, une solution!»

La croissance des États-Unis en 2021 au plus haut en 37 ans

12:01 | AFP

Le produit intérieur brut (PIB) de la première économie mondiale a augmenté de 5,7% en 2021.

Début des essais sur les humains d'un vaccin contre le VIH utilisant l'ARN messager

11:57 | AFP

Cet essai dit de phase 1 sera réalisé aux États-Unis sur 56 adultes en bonne santé et séronégatifs.