Le Québec met fin au projet d'exploiter le pétrole d'Anticosti

Publié le 28/07/2017 à 09:37

Le Québec met fin au projet d'exploiter le pétrole d'Anticosti

Publié le 28/07/2017 à 09:37

Par AFP

Le gouvernement du Québec a décidé vendredi d'abandonner son objectif d'extraire du pétrole sur l'île d'Anticosti dans le Golfe du fleuve Saint-Laurent afin de protéger le joyau environnemental.

«Afin de permettre la soustraction du territoire de l'île d'Anticosti à toute exploration ou exploitation d'hydrocarbures», le Québec a décidé de «négocier avec les entreprises concernées l'abandon des droits de recherche», a indiqué le ministère provincial des Ressources naturelles.

L'exploitation pétrolière était incompatible avec la candidature de l'île au patrimoine mondial de l'Unesco à laquelle le gouvernement a prévu en début d'année d'apporter son soutien.

Décidée en 2014, l'exploration pétrolière à Anticosti avait soulevé l'indignation des milieux environnementaux face aux risques potentiels de pollution marine et de l'écosystème.

Grande comme la Corse, Anticosti est un joyaux écologique que se partagent 200 habitants et 200.000 cerfs de Virginie.

L'abandon des ambitions pétrolières "permettra de protéger et de conserver le caractère naturel exceptionnel de l'île d'Anticosti", a estimé le ministère des Ressources naturelles.

Selon les études préliminaires, le sous-sol renfermerait de 30 à 40 milliards de barils de pétrole de schiste, dont une infime partie (entre 1% et 5%) était récupérable.

Vendredi, le gouvernement a indiqué avoir conclu des ententes avec les entreprises Junex, Corridor et le Français Maurel & Prom en contrepartie d'une compensation globale de 41,4 millions de dollars canadiens (28,3 millions d'euros).

«Les discussions se poursuivent avec les entreprises Pétrolia et Trans American», a souligné le ministère.

Pétrolia, une société canadienne qui possède près d'un quart de droits d'exploration sur l'ensemble du Québec, a régulièrement revendiqué, parfois devant les tribunaux, le respect des contrats signés avec le gouvernement.

«Il n’y a rien dans les ententes qui donne au gouvernement du Québec le droit de se retirer ou de se soustraire à ses obligations», avait indiqué fin 2015 Pétrolia.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Pas de pétrole à Anticosti, parfait, mais ce n'est qu'une étape

01/08/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Le Québec est arrivé au point de non-retour en matière de développement économique.

Anticosti: «nos impôts servent à freiner le Québec»

28/07/2017 | lesaffaires.com

Un paradoxe que déplore l’IEDM après la décision de Québec d’empêcher l’exploitation pétrolière sur l’île d’Anticosti.

À la une

Les marchés sont-ils dangereusement chers?

23/08/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’investisseur qui a un horizon de plusieurs années devant lui devrait continuer de favoriser les actions

Transat: «Je ne me sens pas mal à l'aise du tout», dit Jean-Marc Eustache

23/08/2019 | Siham Lebiad

Le MÉDAC a remis en question les motivations des dirigeants de Transat d'approuver la proposition d'achat d'Air Canada.

Les actionnaires de Transat A.T. disent «oui» à l'offre d'Air Canada

Mis à jour le 23/08/2019 | La Presse Canadienne

Les actionnaires de Transat ont accepté dans une proportion de 94,77% l'offre d'Air Canada.