Le pétrole progresse, porté par une possible baisse de la production

Publié le 12/08/2019 à 16:47

Le pétrole progresse, porté par une possible baisse de la production

Publié le 12/08/2019 à 16:47

Par AFP
Un puit de pétrole en mer.

(Photo: 123RF)

Les prix du pétrole ont fini en légère hausse lundi, les acteurs du marché misant sur une réduction de la production d'or noir par les pays membres de l'OPEP en réaction au ralentissement de la demande mondiale. 

Le baril de Brent de mer du Nord pour livraison en octobre a terminé à 58,57 dollars à Londres, en hausse de 0,07% (ou 4 cents) par rapport à la clôture de vendredi.

À New York, le baril américain de WTI pour livraison en septembre s'est établi à 54,93 dollars, 0,8% (ou 43 cents) de plus que vendredi.

«Alors que les prix pétroliers ont baissé la semaine dernière, les dirigeants de l'OPEP ont envoyé des signaux forts afin d'indiquer qu'ils feraient ce qui est nécessaire pour soutenir le marché», a indiqué Daniel Ghali de TD Securities.

Selon l'agence Bloomberg, l'Arabie saoudite a contacté les autres membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) après une chute des cours de pétrole mercredi dernier pour discuter de mesures susceptibles de les faire remonter. 

L'Organisation et dix pays partenaires, dont la Russie, sont engagés depuis 2016 dans un accord de réduction de leur production.

L'OPEP pourrait intensifier ces diminutions, alors que les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis restent vives et menacent la croissance mondiale. 

Un ralentissement de l'activité économique implique une baisse de la demande en or noir, tirant le prix du baril vers le bas. 

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a abaissé vendredi ses prévisions pour la croissance de la demande mondiale de pétrole en 2019 et 2020.

Sa prévision de croissance de la demande de brut pour cette année a ainsi été révisée en baisse de 100 000 barils par jour (mbj). Elle devrait atteindre 1,1 mbj en 2019.

La situation économique «est en train de devenir encore plus incertaine» avec les tensions commerciales persistantes entre les États-Unis et la Chine, note l'agence, qui conseille des pays développés sur leur politique énergétique.


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Les sables bitumineux peuvent-ils devenir des actifs échoués?

18/10/2019 | François Normand

BALADO - Au Japon, dans le charbon, on parle d’un potentiel d'actifs échoués de 71 milliards de dollars américains.

Actifs échoués: les hydrocarbures canadiens sont-ils à risque?

12/10/2019 | François Normand

ANALYSE - Les énergies fossiles risquent de devenir l'équivalent des lignes fixes pour la téléphonie mobile.

À la une

Le titre de SNC-Lavalin bondit au lendemain des élections

Au lendemain du scrutin, l'action de SNC-Lavalin a effectué un bond à la Bourse de Toronto.

Le parti libéral devra mettre un peu d'eau dans son vin

22/10/2019 | AFP

«Si le parti libéral fait les concessions attendues par le NPD, on peut s'imaginer que ça durera au moins 18 à 24 mois.»

Le PDG de Nike tire sa révérence

22/10/2019 | AFP

Il était à la tête de l’entreprise depuis 2006.