Le pétrole plombé par la guerre commerciale et l'abondance de l'offre

Publié le 19/11/2019 à 16:38

Le pétrole plombé par la guerre commerciale et l'abondance de l'offre

Publié le 19/11/2019 à 16:38

Par AFP
Des puits de pétrole.

(Photo: 123RF)

Les prix du pétrole ont terminé en nette baisse mardi, entre la guerre commerciale sino-américaine qui semblait s'éloigner d'une résolution imminente et les signes d'une offre abondante sur le marché mondial.

À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a perdu 1,53 dollar, ou 2,5%, pour finir à 60,91 dollars.

À New York, le baril américain de WTI pour décembre a lâché 1,84 dollar, ou 3,2%, pour finir à 55,21 dollars.

Le Brent avait déjà cédé 1,4% lundi et le WTI 1,2%.

Les cours ont ployé face à une série de nouvelles de nature à peser sur les prix avec, en premier lieu, des signes négatifs sur les négociations commerciales, a estimé Robert Yawger, de Mizuho.

Le président américain, Donald Trump, a notamment douché l'optimisme des acteurs du marché mardi en affirmant que si la Chine ne signait pas l'accord, son administration relèverait encore plus les tarifs douaniers.

«Il semblerait qu'on s'éloigne de plus en plus de la conclusion d'un accord, même partiel, entre les deux parties», a souligné M. Yawger.

Or la guerre commerciale entre les deux plus grandes économies mondiales pèse sur la croissance mondiale et, par ricochet, sur la demande en énergie.

Dans le même temps, l'offre de brut augmente un peu partout dans le monde.

«En Norvège, le grand champ de pétrole dans la mer du Nord dont l'exploitation a débuté en septembre est déjà en train de produire 300.000 barils par jour, ce qui est bien plus que ce qui était attendu», a indiqué M. Yawger. 

«Il est par ailleurs rapporté que la Russie n'est pas prête à accepter lors de la prochaine réunion avec l'OPEP en décembre une nouvelle réduction de sa production», a-t-il ajouté.

Et aux États-Unis, le dernier rapport de l'Agence américaine d'informations sur l'Energie a montré que la production avait encore grimpé au niveau record de 12,8 millions de barils par jour, a-t-il rappelé.

Les acteurs du marché attendent désormais les chiffres sur les stocks de pétrole aux États-Unis, publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA). 

Selon la médiane d'un consensus établi par l'agence Bloomberg, les analystes s'attendent à une hausse des stocks de brut de 1,5 million de barils, de même qu'à une hausse de 1 million de barils pour ceux d'essence et à une baisse de 1 million pour les autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole), pour la semaine achevée le 15 novembre.


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

L'industrie pétrolière pourrait créer une crise financière, selon un rapport gouvernemental

14/02/2020 | François Normand

Un rapport-choc d'une agence gouvernementale finlandaise fait jaser de plus en plus dans le secteur de l'énergie.

É-U: les stocks de brut montent pour la troisième semaine de suite

12/02/2020 | AFP

Lors de la semaine achevée le 7 février, les réserves commerciales de brut ont grimpé de 7,5 millions de barils.

À la une

Votre chaîne d'approvisionnement peut-elle résister aux virus?

ANALYSE - Les chaînes d'approvisionnement sont vulnérables. Voici trois stratégies pour réduire les risques de rupture.

Titans techno: un peu trop tôt pour parler de fièvre

BLOGUE. Les parallèles avec la bulle dot-com de 2000 se multiplient. Voici quelques repères.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.