Le pétrole grimpe au lendemain d'une rencontre de l'OPEP

Publié le 18/03/2019 à 11:40

Le pétrole grimpe au lendemain d'une rencontre de l'OPEP

Publié le 18/03/2019 à 11:40

Par AFP
Un gisement de pétrole en Arabie saoudite.

(Photo: 123RF)

Les cours du pétrole montaient lundi en cours d’échanges européens alors que le ministre saoudien de l’Énergie a promis que l’OPEP continuerait de surveiller l’état des réserves mondiales, malgré le report d’une réunion décisionnaire de l’Organisation.

Vers 10H15, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 67,53 dollars à Londres, en hausse de 37 cents par rapport à la clôture de vendredi.

À New York, le baril américain de WTI pour le contrat d’avril gagnait 62 cents à 59,14 dollars une heure après son ouverture. Vers 10H00, le WTI a poussé jusqu’à 59,23 dollars le baril, à son plus haut depuis quatre mois.

Réunis à Bakou, en Azerbaïdjan, plusieurs ministres de l’OPEP et de leurs partenaires, dont les représentants de la Russie et de l’Arabie saoudite, ont recommandé d’annuler la prochaine réunion officielle de l’OPEP+, prévue en avril, pour remettre à juin la décision de renouveler ou non leurs baisses de production.

« Les fondamentaux du marché ne changeront probablement pas dans les deux prochains mois », a indiqué le comité ministériel de suivi OPEP et non-OPEP (JMMC) pour expliquer cette décision.

« Les membres (de l’alliance) veulent pouvoir évaluer l’effet sur le marché des sanctions américaines contre l’Iran et de la crise au Venezuela » avant de se décider, a estimé Dean Popplewell, analyste chez Oanda.

La production vénézuélienne souffre de la crise politique qui secoue le pays tandis que Washington doit décider de renouveler ou non les exemptions accordées en 2018 à certains importateurs de brut iranien.

L’OPEP adopte donc une stratégie différente de celle de 2018, quand l’Organisation avait augmenté sa production en amont des sanctions américaines contre l’Iran. À l’époque, les exemptions accordées par Washington au dernier moment avaient surpris le marché et participé au plongeon des cours du pétrole au deuxième semestre, conduisant l’OPEP à adopter de nouveaux objectifs de production, plus bas qu’auparavant.

Mais le ministre saoudien de l’Énergie, Khaled al-Faleh, a ainsi assuré après la réunion de Bakou que « nous devons agir pour éviter qu’un surplus de l’offre ne se forme dans les semaines et mois à venir » dans les réserves de pétrole des États-Unis et de l’OCDE.

Si l’Arabie saoudite a perdu sa place de premier producteur mondial, dépassée par la Russie et les États-Unis, le premier exportateur mondial reste le pivot du marché avec un pétrole peu cher à produire.

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

Sur le même sujet

À la une

Comment Impak Finance a adapté sa stratégie à la réalité

BLOGUE. Cette fintech voulait lancer une banque pour financer l'économie d'impact. Il a fallu trouver un autre chemin.

À surveiller: Bombardier, MEG Energy et Sherwin Williams

08:59 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Bombardier, MEG Energy Corp et Sherwin Williams ? Voici quelques recommandations qui ...

Petits rectificatifs (et gentils coups de gueule)

Le chroniqueur peut faire un choix de mots qu'il regrette. Comme cette fois-là... Rectifions .