L'Opep pourrait encore baisser sa production

Publié le 28/10/2008 à 00:00

L'Opep pourrait encore baisser sa production

Publié le 28/10/2008 à 00:00

«L’Opep n’hésitera pas à agir pour stabiliser les prix», a déclaré le secrétaire général de l’Opep, Abdullah al-Badri, lors d’une visite à Londres hier.

Cette remarque intervient alors que l’Opep a déjà opté pour des baisses de production de l’ordre de 1,5 millions de barils. Celles-ci n’ont eu que très peu d’effet sur les prix; le baril de pétrole est descendu à 62 dollars américains.

«À ce prix, les investissements à long terme dans les capacités dans le secteur pétrolier sont plus rentables», a dit M. al-Badri.

Ce seraient des investissements dans 120 nouveaux projets d’exploration, ou des investissements dans les nouvelles technologies d’une valeur totale de 160 milliards de dollars qui seraient ainsi compromis, mettant en péril la future offre de pétrole pour soutenir une relance de l’économie mondiale.

Si l’Opep dit chercher un prix d’équilibre qui correspondent aux fondamentaux du marché, l’organisation n’a pas pour autant établi de prix cible. À son avis, la fourchette de 60-70 dollars américains est trop faible, le prix record de 147 dollars américains atteint en juillet «exagéré par le fait des spéculateurs».

Une nouvelle réunion de l’Opep est prévue en décembre prochain. Ses membres feront alors le bilan des baisses de production déjà annoncées et décideront d’éventuelles baisses supplémentaires.

Les déclarations du d’Abdullah al-Badri ont donné de l’élan au marché du pétrole. Le prix du baril est remonté à 64,40 dollars américains mardi matin.

image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Ă€ surveiller: BRP, Tesla et Mediagrif

Que faire avec les titres de BRP, Tesla et Mediagrif? Voici quelques recommandations d’analystes.

Bourse: la sous-performance des titres Ă  petite capitalisation tire Ă  sa fin

BALADO. À la sortie des corrections, les rendements potentiels des titres à petite capitalisation sont importants.

Encore 6 trimestres avant le retour Ă  la normale!

CHRONIQUE. C'est que les chiffres sur la reprise sont «trompeurs», selon une étude de Deloitte.