GNL Québec: la somme des risques dépasse les avantages selon le BAPE

Publié le 24/03/2021 à 13:30

GNL Québec: la somme des risques dépasse les avantages selon le BAPE

Publié le 24/03/2021 à 13:30

Par La Presse Canadienne
Benoit Charette

Elle n’a pas réussi à démontrer que l’opinion publique était favorable, que le projet servirait à réduire les émissions de GES dans le monde et qu’il permettrait d’accélérer la transition vers des énergies propres, selon le ministre de l’Environnement, Benoit Charette. (Photo: Paul Chiasson pour La Presse canadienne)

La somme des risques du projet controversé de terminal gazier de GNL Québec à Saguenay dépasse largement ses avantages, conclut le rapport tant attendu du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) rendu public mercredi.

Le rapport démonte plusieurs des arguments du promoteur, Énergie Saguenay. Le gouvernement Legault, qui s’est toujours montré favorable à ce chantier de 10 milliards $, estime que le promoteur a maintenant le fardeau de la preuve contre lui. 

À (re)lire: Les Québécois désapprouvent le projet GNL Québec

Énergie Saguenay n’a pas réussi à démontrer que l’opinion publique était favorable, que le projet servirait à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde et qu’il permettrait d’accélérer la transition vers des énergies propres, trois conditions définies par le gouvernement, a énoncé le ministre de l’Environnement, Benoit Charette. 

« Le promoteur avait de belles occasions (de démontrer la validité de ses arguments), il n’a pas réussi », a-t-il tranché en conférence de presse après la publication du rapport. Énergie Saguenay a jusqu’à cet été pour avancer ses contre-arguments. Le ministre déposera son évaluation environnementale cet été, après quoi le gouvernement tranchera sur l’autorisation ou non. 

Le projet GNL Québec vise à liquéfier du gaz naturel acheminé de l’Ouest canadien par pipeline, pour ensuite l’exporter à par bateau en descendant le fjord du Saguenay.

À (re)lire: Le projet Énergie Saguenay a-t-il un avenir à long terme?

Le BAPE remet en question les prétentions du promoteur. Le promoteur soutient en effet que le bilan carbone sera positif parce que cette énergie servira de substitut à des énergies plus polluantes à l’étranger. Mais la commission du BAPE affirme plutôt que les émissions de GES associées à l’approvisionnement en gaz naturel en amont ne permettent pas de confirmer ce bilan positif. 

En outre, ces nouvelles infrastructures d’approvisionnement en GNL risquent de retarder la transition vers des énergies plus propres dans le monde, sur les marchés d’exportation visés.  

Le BAPE soutient aussi que le gouvernement devra prendre en compte les risques que fait poser le trafic maritime sur la survie des mammifères marins qui fréquentent le Saguenay et l’estuaire du Saint-Laurent. 

Le BAPE estime que le débat est fortement polarisé et que ses audiences n’ont pas permis de se prononcer sur l’acceptabilité sociale du projet. Cette acceptabilité est pourtant une des conditions fixées par le gouvernement pour l’autorisation du projet. 

Tous les partis à l’Assemblée nationale sont contre ce projet, sauf la Coalition avenir Québec (CAQ). La semaine dernière, même le Parti libéral (PLQ), qui avait pourtant appuyé le projet lors de la dernière campagne électorale, a finalement fait volte-face et s’est rangé parmi les opposants. 

Aucune consultation du BAPE n’a enregistré une participation aussi forte: 2500 mémoires ont été déposés et 91 % d’entre eux étaient contre.  

Sur le cycle complet du projet, de l’extraction du gaz à sa liquéfaction au Saguenay, le projet émettrait près de 7,8 millions de tonnes de CO2 par an, donc il annulerait en un an tous les efforts de réduction des gaz à effet de serre (GES) du Québec depuis 1990.

Le BAPE signale que pendant la période de construction, qui s’échelonnerait sur quatre ans, le projet Énergie Saguenay devrait générer 6000 emplois directs et indirects, de même que 1350 emplois directs et indirects en période d’exploitation.

Le projet GNL Québec et son pendant Gazoduq consistent en la construction d’un gazoduc de 750 km transportant du gaz naturel de l’Ouest, à partir de l’Ontario, jusqu’à une usine de liquéfaction à Saguenay, pour acheminer ensuite le gaz naturel liquéfié (GNL) à l’étranger par bateau.

 

À la une

Le Québec en tête de liste de Corporate Knights

Mis à jour il y a 33 minutes | Emmanuel Martinez

Le Québec domine le palmarès des 50 meilleures entreprises socialement responsables du Canada de Corporate Knights.

Couche-Tard encaisse une perte de valeur de 56,2 M$US liée à ses actifs en Russie

Il y a 33 minutes | La Presse Canadienne

Cette perte de valeur est liée à la suspension des 38 magasins de l'entreprise en Russie.

Bourse: Wall Street termine en berne, minée par la confiance des ménages

Mis à jour le 28/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse malgré la hausse du cours du pétrole brut.