Gaz naturel renouvelable : des retombées de 1,6 G$

Publié le 06/02/2019 à 00:01

Gaz naturel renouvelable : des retombées de 1,6 G$

Publié le 06/02/2019 à 00:01

Par François Normand

Source photo: 123RF

La production de gaz naturel renouvelable (GNR) pourrait générer des retombées potentielles de 1,6 milliard de dollars par année au Québec en 2030, selon une étude réalisée par Aviseo Conseil pour le compte d’Énergir.


Le GNR est produit à partir de résidus organiques comme des restes de table. Il permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en empêchant que des déchets soient enfouis et qu’ils produisent à terme du méthane si les émanations ne sont pas captées.


Publiée ce mercredi, l’étude évalue les retombées du gaz vert à 1,6 G$ dans un scénario où la production de GNR permettrait de remplacer deux tiers du gaz naturel d’origine fossile distribué au Québec à l’horizon 2030.


Actuellement, environ 1 % seulement du gaz naturel distribué au Québec par Énergir est d’origine renouvelable. Le reste du gaz distribué dans la province est acheté dans l’ouest canadien et aux États-Unis.


Pour produire du gaz vert à grande échelle, il faudrait construire plusieurs centres de production -le Québec en compte actuellement quatre, soit deux sites de biométhanisation et deux sites d’enfouissement.


Des investissements de 20 milliards de dollars


La phase de construction de ces usines conduirait à des investissements de 19,8 G$. Cette première étape ajouterait environ 8 G$ au PIB du Québec, créerait plus de 88 000 emplois et permettrait à Québec et Ottawa d’empocher des revenus fiscaux de 1,3 G$.


Énergir estime qu’il pourrait y avoir un jour des usines de GNR aux quatre coins du Québec. Par contre, l’étude ne chiffre pas leur nombre, car la taille peut varier d’un projet à l’autre.


Cela dit, les régions éloignées profiteraient davantage des retombées (70% du PIB de la production de GNR), car les usines de gaz vert s’y installeraient en grand nombre puisque les résidus forestiers représentent 80% du potentiel technico-économique par source d’intrant.


C’est une fois à son plein potentiel que la production de GNR pourrait contribuer à 1,6 G$ au PIB québécois par année (ou 0,37% du PIB en 2018), souligne l’étude.


À ce moment-là, cette filière créerait 15 000 emplois directs et indirects : 3 000 postes dans les usines de GNR et plus de 11 000 auprès des fournisseurs.


Les gouvernements récolteraient quant à eux des revenus fiscaux de 256 M$ par année.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

Sur le même sujet

TSX: l'énergie pourrait mieux performer

Édition du 20 Avril 2019 | Stéphane Rolland

Les prévisions de bénéfices des analystes pour les sociétés inscrites au S&P/TSX sont très «prudentes», ...

Énergir veut vendre uniquement du gaz vert

Édition du 23 Mars 2019 | François Normand

Même s'il est très loin de son objectif, le producteur et distributeur d'énergie Énergir souhaite un jour vendre ...

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.