Forte hausse du chômage en Suisse

Publié le 09/12/2008 à 00:00

Forte hausse du chômage en Suisse

Publié le 09/12/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne
A l'exception de Fribourg, tous les cantons romands (francophones) se trouvent nettement au-dessus de la moyenne nationale en compagnie de Bâle-Ville. Le Valais a connu la plus forte hausse, victime des effets saisonniers dus à l'hôtellerie et à la construction.

A la fin novembre, 107.652 personnes étaient inscrites au chômage en Suisse, soit 7.181 de plus qu'en octobre, a annoncé mardi le secrétariat d'Etat à l'Economie (Seco). Le taux de chômage est ainsi passé en un mois de 2,5% à 2,7%, soit le taux le plus élevé depuis février dernier.

On compte également 2.832 chômeurs de plus qu'en novembre 2007. Des facteurs saisonniers sont responsables de cette évolution pour une bonne part, de même que la détérioration de la conjoncture économique.

Le directeur de la section travail au Seco, Serge Gaillard, parle d'un tableau typique. Alors que le marché du travail est resté très robuste jusqu'à fin septembre, les effets de la crise sont maintenant plus sensibles. Ce n'est pas encore le cas dans le secteur financier, alors que l'industrie et la branche des services sont déjà touchées.

On observe une chute sans précédent des entrées de commandes dans certains secteurs de l'industrie, a constaté Serge Gaillard. En revanche, dans le domaine de la finance, les effets se limitent aux deux grandes banques du pays. Pour d'autres banques, il faut s'attendre à des effets sur l'emploi différés dans le temps.

À la une

Le risque crypto pèse plus sur la Bourse qu’on ne le croit

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Les cryptos se montreraient contagieuses s’infiltrant dans les placements et les trésoreries.

Wall Street attend mardi son premier fonds indiciel indexé sur le bitcoin

Il y a 44 minutes | AFP

Le fonds indiciel (ETF) de ProShares, qui suivra le marché à terme du bitcoin, commencera à se négocier mardi.

Un patron qui veut son bien

Édition de Octobre 2021 | Denis Lalonde

BILLET. La fermeture du capital d'Exfo n'a pas permis de créer un maximum de valeur pour les actionnaires.