Énergie Est: TransCanada en mode séduction

Publié le 26/01/2016 à 15:15

Énergie Est: TransCanada en mode séduction

Publié le 26/01/2016 à 15:15

Par François Normand

(Photo: Bloomberg)

Il est minuit moins cinq pour TransCanada (Tor., TRP), et le promoteur du controversé projet Énergie Est en est bien conscient. C'est pourquoi la société albertaine changera de ton pour convaincre la population de la pertinence de son oléoduc au Québec.

«Il y aura un changement de ton», a déclaré ce midi Louis Bergeron, vice-président Québec et Nouveau-Brunswick, oléoduc Énergie Est chez TransCanada, lors d'un point de presse en marge du sommet de l'énergie organisé à Montréal par les Événements Les Affaires.

De passage ce matin à l’hôtel de ville de Montréal, le premier ministre canadien Justin Trudeau a indiqué qu'il revenait à TransCanada et non au gouvernement fédéral de convaincre la population que son projet est «dans l'intérêt de tous», rapporte Radio-Canada.

Selon Louis Bergeron, ce changement de ton de TransCanada passera par un plus grand dialogue avec les communautés locales, au premier chef avec la Communauté métropolitaine de Montréal, avec qui les relations sont très tendues depuis que la CMM s'est dite opposée au projet Énergie Est.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a même accusé TransCanada d'être «une compagnie très arrogante qui ne veut pas nous parler».

Ce changement de ton passera aussi par une plus grande implication de TransCanada au Québec, et ce, par l'entremise de son nouveau bureau régional établi à Montréal.

«Les décisions seront prises au Québec et par des Québécois», a déclaré Louis Bergeron devant les quelque 200 participants venus l'entendre au sommet sur l'énergie.

À terme, ce bureau pourrait employer une quarantaine de personnes, dont une grande partie sillonnera régulièrement les quatre coins du Québec.

Enfin, pour arriver à convaincre les Québécois, Louis Bergeron compte aussi s'inspirer du projet Pipeline Saint-Laurent d'Ultramar au Québec, dont il a été le maître d'oeuvre lorsqu'il travaillait pour cette pétrolière.

Inauguré en décembre 2012, ce pipeline relie la raffinerie Jean-Gaulin d'Ultramar à Lévis à son terminal pétrolier de Montréal-Est, et ce, avec une conduite souterraine d'une longueur de plus de 243 kilomètres.

Malgré les obstacles rencontrés au cours de la construction de ce projet, Louis Bergeron a pu le mener à terme.

Aussi, selon lui, si Ultramar a pu réaliser ce pipeline au Québec, TransCanada peut faire de même avec son projet Énergie Est.

À la une

Ottawa s'immisce dans le litige entre Enbridge et le Michigan

La gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, souhaite la fermeture pure et simple de ce pipeline transfrontalier.

Pierre Karl Péladeau lance une nouvelle salve contre Bell

Bell est « dans une situation permanente de conflit d’intérêts, incapable de pouvoir adéquatement nous rémunérer ».

Groupe TVA essuie une perte au premier trimestre

La pandémie de COVID-19 a continué de gruger les profits du Groupe TVA au premier trimestre. La filiale ...