Embargo sur du canola canadien: Pékin a peur d'une infestation par des insectes

Publié le 07/03/2019 à 06:43

Embargo sur du canola canadien: Pékin a peur d'une infestation par des insectes

Publié le 07/03/2019 à 06:43

Par La Presse Canadienne

La décision de la Chine de bloquer certaines importations de canola canadien a contribué à faire baisser le prix de cette céréale et créé un casse-tête logistique pour les exportateurs tributaires de leur principal marché d'outre-mer.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé mercredi qu'il bloquait certaines importations de canola canadien en raison de craintes d'infestation par des insectes. Richardson International, l'un des plus importants producteurs canadiens de céréales, a révélé mardi que Pékin avait révoqué son permis d'exportation de canola, en raison d'allégations d'infestation, que le Canada conteste.

Plusieurs voient dans cette mesure des représailles contre l'arrestation par le Canada de Meng Wanzhou, la directrice financière et fille du fondateur du géant technologique chinois Huawei.

«Nous avons assisté à une chute considérable des prix du canola, en particulier au cours des deux dernières semaines», a indiqué mercredi Bruce Burnett, directeur des conditions météorologiques et des marchés chez Glacier FarmMedia. Il qualifie cette baisse d'importante, ce qui ne se serait probablement pas produit sans la détérioration des relations entre la Chine et le Canada, après l'arrestation de Mme Meng à Vancouver le 1er décembre 2018.

Le 3 décembre, le contrat à terme de mai, dont il a noté qu'il n'était pas le plus activement négocié à ce moment-là, a clôturé à 496 $ la tonne. Or, mercredi après-midi, il se négociait à environ 456 $ _ une baisse d'environ huit pour cent. On s'attendait à ce que les exportations vers la Chine restent fortes pendant la plus grande partie de la récolte, avec des prix assez solides, a estimé M. Burnett.

Selon les plus récents chiffres publiés par le Conseil canadien du canola, le Canada a exporté vers la Chine en 2017 pour environ 3,6 milliards $ de graines, d'huile et de farine de canola. Maintenant que la Chine a bloqué les exportations de Richardson, la question est de savoir ce qui arrivera aux autres entreprises, a demandé M. Burnett.

Il est ainsi possible que d'autres voient leur permis révoqué. Mais contrairement à Richardson, de Winnipeg, les autres joueurs au Canada ont tendance à faire partie de grandes organisations multinationales. Viterra, de Regina, par exemple, fait partie de Glencore International, établie en Suisse.

Bien qu'il soit difficile de lire dans les pensées du gouvernement chinois, il est probable que ces entreprises seront très prudentes, a admis M. Burnett. «Il y a beaucoup d'argent en jeu ici et les compagnies vont se méfier des cargaisons qui pourraient être rejetées, par exemple.» Elles pourraient essayer de se tourner vers d'autres marchés importateurs de canola canadien, a expliqué M. Burnett, notamment dans certaines régions de l'Asie du Sud-Est. «Peuvent-elles complètement remplacer la demande de la Chine? Ce serait probablement difficile.»

Al Mussel, directeur de recherche et fondateur d'Agri-Food Economic Systems, a estimé que cet embargo tombait à point nommé pour la Chine, qui est aux prises avec une épidémie de peste porcine africaine, une maladie mortelle. Cela signifie que la Chine n'a pas besoin d'autant de canola pour nourrir ses porcs, a expliqué M. Mussell, ajoutant que certains estimaient déjà que le pays diminuerait sa production de porc jusqu'à 20 pour cent cette année.

Rick White, le président-directeur général de l'Association canadienne des producteurs de canola, croit que la baisse du prix de la céréale et le blocage de certaines exportations pourraient avoir un impact négatif sur les agriculteurs. Il espère que les deux pays trouveront une solution d'ici un mois environ, avant que la situation ne puisse avoir des effets à long terme tels que des agriculteurs qui choisiraient de cultiver moins de canola ou de vendre la récolte de cette année à bas prix.

«S'ils ont des préoccupations légitimes, parlons-en, a-t-il dit. Si ce ne sont pas des préoccupations légitimes, alors trouvons un moyen de revenir sur nos pas et de réexpédier le canola.»


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

Sur le même sujet

Des tomates au cannabis: feu (complètement) vert à Mirabel!

Édition du 06 Avril 2019 | Les Affaires

AGRI-AGRO. La dernière serre de 190 000 pieds carrés de Vert Mirabel a obtenu sa licence.

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

Au Canada, 35,5 millions de tonnes d'aliments prennent le chemin de la poubelle chaque année.

OPINION Les marchés de proximité : une occasion à saisir
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
«Blockchain», l'avenir de la traçabilité alimentaire?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
Nouveau Guide alimentaire: quels impacts pour les producteurs?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

À la une

Pourquoi le risque d'une guerre avec l'Iran est faible

22/06/2019 | François Normand

ANALYSE - Les tensions sont vives, mais ni Washington ni Téhéran ont intérêt à déclencher une guerre. Voici pourquoi.

Bourse: les années nous enseignent ce que les jours ignorent

21/06/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Depuis combien de temps investissez-vous en Bourse?

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

21/06/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?