É-U: les stocks de pétrole brut baissent mais ceux de produits raffinés bondissent

Publié le 15/01/2020 à 11:59

É-U: les stocks de pétrole brut baissent mais ceux de produits raffinés bondissent

Publié le 15/01/2020 à 11:59

Par AFP
Une plateforme pétrolière.

(Photo: Getty images)

Les stocks de pétrole brut ont enregistré une baisse surprise la semaine dernière aux États-Unis mais ceux d'essence et de produits distillés ont augmenté bien plus que prévu, faisant pression sur les prix de l'or noir.

Selon un rapport de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) publié mercredi, les réserves commerciales de brut ont reculé de 2,5 millions de barils lors de la semaine achevée le 10 janvier, pour s'établir à 428,5 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg avaient anticipé une hausse de 1,1 million de barils. 

La production de brut a pourtant atteint un nouveau record, les États-Unis extrayant en moyenne 13 millions de barils par jour (mbj), ce qui renforce le statut du pays comme premier producteur mondial d'or noir.

Mais les raffineries ont un peu ralenti la cadence, fonctionnant à 92,2% de leurs capacités, contre 93% la semaine précédente.

Et les importations de brut ont légèrement baissé, passant de 6,73 mbj à 6,55 mbd, tandis que les exportations ont rebondi, de 3,06 mbj à 3,48 mbj.

Les stocks d'essence ont en revanche augmenté de 6,7 millions de barils, soit bien plus que la hausse de 3,3 millions de baril anticipée par les analystes.

Ceux de produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont, eux, bondi de 8,2 millions de barils, là où les experts avaient prédit une hausse de seulement 1,7 million.

«Ce n'est pas normal à cette période de l'année de voir les stocks de fioul de chauffage augmenter», remarque Robert Yagwer de Mizuho.

Au vu de la progression constante de la production, et de la montée des stocks de produits transformés, «il va falloir que les raffineries ralentissent un peu la cadence sans quoi les prix vont vraiment chuter», avance-t-il.

Déjà en baisse avant la publication du rapport, le cours du baril de WTI coté à New York a poursuivi sur cette tendance après la diffusion du document de l'EIA: il perdait 70 cents, ou 1,20%, à 57,53 dollars, vers 11H00.

Les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma, sud), qui servent de référence à la cotation du pétrole à New York, ont progressé de 300 000 barils, à 35,8 millions de barils.

La demande en énergie a, elle, reculé par rapport à la semaine précédente: au cours des quatre dernières semaines, les États-Unis ont au total consommé en moyenne 19,9 mbj, ce qui représente une baisse de 1,0% sur un an.


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

L'industrie pétrolière pourrait créer une crise financière, selon un rapport gouvernemental

14/02/2020 | François Normand

Un rapport-choc d'une agence gouvernementale finlandaise fait jaser de plus en plus dans le secteur de l'énergie.

É-U: les stocks de brut montent pour la troisième semaine de suite

12/02/2020 | AFP

Lors de la semaine achevée le 7 février, les réserves commerciales de brut ont grimpé de 7,5 millions de barils.

À la une

Petit guide de survie au «bad buzz»

20/02/2020 | Catherine Charron

Lorsqu’une soirée entre amis entache votre image de marque sur les réseaux sociaux, voici comment éponger les dégâts.

Victoria's Secret quitte la Bourse

20/02/2020 | AFP

Le nouvel actionnaire majoritaire est le fonds Sycamore, qui a déboursé 525M$ en échange de 55% du capital.

Encore des changements chez Nemaska Lithium: le président quitte

Guy Bourassa n’est plus aux commandes de l’entreprise à l’abri de ses créanciers depuis presque deux mois.