Deux vents de face pour les producteurs d'or

Publié le 11/02/2019 à 16:13

Deux vents de face pour les producteurs d'or

Publié le 11/02/2019 à 16:13

Par François Normand
Une mine d'or près de l'eau

La mine d'or Canadian Malartic (source photo: Osisko)

Le secteur aurifère fait face à deux vents de face qui minent son développement: la fuite des capitaux vers le cannabis et les technologies ainsi que la lourdeur réglementaire qui rallonge les projets au Canada.

C’est ce qu’a déclaré ce lundi le président du conseil d’administration et chef de la direction de Redevances Aurifères Osisko (Or, 13,04$), Sean Roosen, en marge d’un discours qu’il a prononcé devant le Cercle canadien de Montréal.

Ces dernières années, les capitaux-risqueurs ont délaissé le secteur des métaux précieux tant au Canada qu’aux États-Unis, explique le dirigeant d’Osisko, comme on peut le constater sur ce graphique tiré de sa présentation.

Au Canada, le principal concurrent du secteur aurifère est la marijuana, dont la production et la vente ont été légalisées par Ottawa en octobre.

Cette pénurie de capitaux s’est surtout faite sentir auprès des sociétés d’exploration et développement, selon Sean Roosen. «Il y a un gros montant qui a été tiré par le secteur du pot.»

Le secteur aurifère a aussi pâti de l’engouement pour le bitcoin en 2017. Mais aujourd’hui, cette pression s’est relâchée, car la valeur des cryptomonnaies a fondu en 2018, souligne-t-il.

Les sociétés pâtissent aussi de l’engouement des capitaux-risqueurs pour les technologies. Selon le dirigeant d’Osisko, d’importantes sommes d’argent ont été investies pour aider des entreprises comme Amazon à améliorer leur plateforme électronique.

Lourdeur du processus administratif

Par ailleurs, l’alourdissement du processus d’approbation des projets miniers au Canada complique aussi la vie des producteurs d’or, affirme Sean Roosen.

Selon lui, cette situation crée de «l’incertitude» et rallonge la période pendant laquelle les actionnaires doivent soutenir un projet. «Il n’y a pas de réglementation claire, dit-il. Tu ne peux même pas savoir combien de temps ça va te prendre.»

Résultat: plusieurs investisseurs n’ont pas la patience d’investir à très long terme dans des projets miniers, car ils doivent réaliser des rendements à plus brèves échéances.

Il donne l’exemple de la mine Canadian Malartic, en Abitibi-Témiscamingue. Il a fallu six ans pour mettre en valeur cette mine d’or.

Aujourd’hui, étant donné la longueur du processus d’approbation, il faudrait «probablement le double du temps pour mener le projet à terme», affirme Sean Roosen.

 

 

 

 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Les qualités des investisseurs qui se démarquent

Édition du 20 Juillet 2019 | Stéphane Préfontaine

EXPERT INVITÉ. Des étudiants en finance me demandent souvent quelles qualités sont requises pour ...

La 8ème merveille du monde!

BLOGUE INVITÉ. Une discussion sur le pouvoir de l’intérêt composé et notre incapacité à bien le comprendre.

À la une

Hausse du prix des maisons dans une majorité de régions

BLOGUE. La MRC de la Matawinie se distingue, et on trouve de belles surprises au Saguenay.

L'Apple Watch va sauver des vies jusqu'au Canada

BLOGUE. Approuvés par Santé Canada, l’alerte d’arythmie cardiaque et l’ECG d’Apple débarquent au pays cette semaine.

Autre restructuration chez SNC-Lavalin, qui retire ses prévisions

Mis à jour à 11:57 | La Presse Canadienne

L’entreprise cessera aussi de soumissionner afin de décrocher des contrats à prix fixe.