Crise financière : la liste des 25 coupables

Publié le 26/01/2009 à 00:00

Crise financière : la liste des 25 coupables

Publié le 26/01/2009 à 00:00

Par Olivier Schmouker

Alan Greenspan, l'ex-président de la Réserve fédérale américaine (Fed), figure en tête de la liste des responsables. Pourquoi? Parce qu’il a permis à la bulle hypothécaire de gonfler, en maintenant des taux d’intérêt bas et en adoptant une régulation insuffisante en matière de prêts que les banques octroyaient à des emprunteurs à des fins d'hypothèque, selon Julia Finch, l’auteure de l’article.

Parmi les autres responsables figurent nombre d’hommes politiques, dont :
- Bill Clinton, l'ex-président américain, dont l'administration a adopté plusieurs lois permettant aux couches les plus démunies de la population d'obtenir des autorisations pour recevoir des prêts bancaires afin d'acheter des logements;
- George W. Bush qui, au lieu de bloquer ce processus, l'a relancé de plus belle;
- Gordon Brown, le premier ministre britannique, qui a mis les intérêts des financiers au-dessus de ceux des représentants de l'autre volet de l'économie, notamment des producteurs.

La liste comprend également des financiers, ancien ou actuels pdg d’institutions financières américaines et britanniques :
- la compagnie d'assurance American International Group;
- les banques Goldman Sachs, Lehman Brothers, Merrill Lynch, Halifax Bank of Scotland, Royal Bank of Scotland, Bradford & Bingley, Northern Rock, Bear Stearns, Bank of England, etc.

De surcroît, le quotidien britannique accuse des personnalités telles le financier George Soros, le milliardaire Warren Buffet et John Paulson, le président d'un fonds d'investissement américain, «d'avoir vu arriver la crise», mais pas agi en conséquence.

À la une

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.

Rentables, les fonds de travailleurs?

EXPERT INVITÉ. Les fonds de travailleurs représentent assurément une option pertinente, voici pourquoi:

Canada: les villes veulent 7 G$ pour des logements abordables

Les maires de villes au Québec espèrent, du même coup, plus de flexibilité dans le processus.