Classement minier : le Québec exclu du top 10

Publié le 28/02/2013 à 16:01, mis à jour le 28/02/2013 à 16:04

Classement minier : le Québec exclu du top 10

Publié le 28/02/2013 à 16:01, mis à jour le 28/02/2013 à 16:04

Par Suzanne Dansereau

[Photo : Bloomberg]

Encore récemment considéré comme le meilleur endroit au monde pour les investissements dans le secteur minier, le Québec a perdu la confiance des sociétés minières internationales : la province ne se classe plus parmi les dix meilleurs territoires miniers. C’est ce qui ressort de l’enquête mondiale annuelle auprès des dirigeants de l’industrie minière, publiée aujourd’hui par l’Institut Fraser, un organisme de recherche en politiques publiques situé à Vancouver.

La Belle Province s’est classée 11e sur 96 territoires cette année alors qu’elle occupait le 5e rang en 2012 et était en tête du classement mondial de 2007 à 2010.

Par comparaison, la Finlande et la Suède, pays souvent cités comme des modèles en matière de protection de l’environnement, se classent respectivement au premier et au deuxième rang mondial.

« Cette chute de la première à la onzième place en à peine trois ans indique que les politiques minières du gouvernement du Québec, surtout l’incertitude entourant les modifications éventuelles de la Loi sur les mines et les augmentations proposées des redevances, inquiètent sérieusement l’industrie minière mondiale », affirme Kenneth Green, directeur principal des études sur l’énergie et les ressources naturelles à l’Institut Fraser et directeur de l’enquête.

 

À suivre dans cette section

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.