Boralex s'offre trois autres parcs éoliens en France

Publié le 29/12/2009 à 10:14

Boralex s'offre trois autres parcs éoliens en France

Publié le 29/12/2009 à 10:14

Par Alexandre Paillé

Cette acquisition porte la puissance de Boralex à 170 mégawatts dans le secteur éolien en Europe. Photo : Bloomberg

Le producteur d’énergie Boralex et son partenaire européen Cube Infrastructure Fund s’offrent trois nouveaux parcs éoliens en France pour un montant d’environ 115 millions de dollars.

Deux de ces parcs sont actuellement en construction. Le parc éolien du Plateau de Ronchois (30 mégawatts) est situé dans les régions de la Picardie et de la Normandie et le parc du Grand Camp (10 mégawatts) est situé dans la région Centre. Quant au parc de Bel Air (7 mégawatts), il est situé en Bretagne et est en opération depuis trois ans.

Cette acquisition porte la puissance de Boralex à 170 mégawatts dans le secteur éolien en Europe. «À l'issue de la construction de ces parcs, le secteur éolien représentera plus de 210 MW dans le portefeuille de Boralex et sera donc celui avec la plus importante puissance installée. Ce développement amorcé en 2002 est le résultat direct de notre plan stratégique et de nos objectifs à long terme», affirme Patrick Lemaire, président et chef de la direction de Boralex.

Le financement obtenu représentera près de 78% de l'investissement total pour les deux parcs en construction et permettra à Boralex d'avoir accès à des fonds pour une durée de 15 ans, à un taux moyen d'emprunt d'environ 5,5 %.

Boralex est spécialisée dans le développement et l'exploitation de centrales d'énergie renouvelable. L’entreprise emploie plus de 300 personnes et possède et exploite 22 sites totalisant une puissance installée de 365 mégawatts.

CUBE est un fonds infrastructure crée en 2007 sous la forme d'une société d'investissement à capital variable au Luxembourg. Le fonds investit dans les secteurs du transport, de l'énergie, des communications et infrastructures et de l'environnement, principalement en Europe.

 

 

À la une

Metro veut accroître son utilisation des technologies dans ses magasins

Elle prévoit de doubler, à peu près, le nombre de magasins dotés de caisses libre-service au cours de son exercice 2020.

Garder ses gagnants, le cas de Metro

Édition du 24 Août 2019 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. L'épicier Metro (MRU, 53,98 $) n'est plus le secret bien gardé qu'il était. Sa rigueur...

Legault et Fitzgibbon songent à un Amazon Québec

L’idée avait d’abord été lancée en 2017 par l’entrepreneur Alexandre Taillefer.