Abandon du nom Alcan: le gouvernement Couillard hausse les épaules

Publié le 12/05/2015 à 16:36

Abandon du nom Alcan: le gouvernement Couillard hausse les épaules

Publié le 12/05/2015 à 16:36

Par La Presse Canadienne

Jacques Daoust. (Photo: Aude Vanlathem)

La décision de Rio Tinto de rayer le nom Alcan de son identité corporative ne regarde pas le gouvernement, ont affirmé mardi des ministres libéraux.


La société anglo-australienne a fait savoir que le nom d'Alcan disparaîtra graduellement de ses enseignes pour ne conserver que l'appellation Rio Tinto, jugée plus «globale». Fondé en 1902, le géant canadien de l'aluminium Alcan est passé sous le contrôle de Rio Tinto en 2007 au moment où il faisait l'objet d'une offre publique d'achat hostile de sa rivale américaine Alcoa.


Il était entendu à l'époque que la nouvelle compagnie serait appelée Rio Tinto Alcan, question de conserver une appellation familière et fortement associée au développement économique du Québec, plus particulièrement celui du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Rio Tinto Alcan s'engageait aussi à maintenir son siège social à Montréal.


Le choix de Rio Tinto de se débarrasser du nom Alcan ne regarde que les actionnaires de la compagnie, a fait comprendre le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, en point de presse en marge d'une réunion du caucus libéral.


Son collègue ministre de l'Économie, Jacques Daoust, a fait le même constat.


M. Daoust se montre cependant préoccupé par l'abolition prochaine de postes au siège social de Montréal. Des médias rapportent que les pertes pourraient osciller entre 110 et 170 emplois.


Pour cela, il a demandé au ministère de l'Économie de vérifier si la convention de continuité intervenue entre Alcan et le gouvernement du Québec en 2006 - concernant les obligations d'un éventuel acquéreur - est respectée. 


La convention stipulait entre autres que le siège social de la nouvelle société serait situé à Montréal et que le niveau d'emplois au Québec serait maintenu en conformité avec les engagements et plans d'Alcan alors en vigueur. 


Il restera entre 600 et 700 emplois au siège social montréalais de Rio Tinto Alcan après la série de mises à pied appréhendée. Il en comptait 860 au moment de la vente en 2007.


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Québec modifie son entente avec Rio Tinto en échange d'investissements

Les nouvelles modalités assurent que Rio Tinto respecte le programme d'investissements de 2,1 G$ évoqué en 2006.

Lock-out chez ABI: Alcoa fait miroiter des investissements à Bécancour

Le lock-out perdure depuis plus de six mois à l'Aluminerie de Bécancour (ABI), propriété d'Alcoa et de Rio Tinto.

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.