Thomson Reuters supprimera 3200 emplois, soit 12% de son effectif mondial

Publié le 04/12/2018 à 15:15

Thomson Reuters supprimera 3200 emplois, soit 12% de son effectif mondial

Publié le 04/12/2018 à 15:15

Par La Presse Canadienne
Vue extérieure d'un bureau de Thomson Reuters.

(Photo: Getty)

Thomson Reuters a annoncé mardi qu'il supprimerait 3200 emplois à temps plein d'ici 2020, soit 12% de sa main-d'oeuvre mondiale.

Le groupe de presse et d'information a fait cette annonce à l'occasion de sa journée des investisseurs, à Toronto. 

Les dirigeants de Thomson Reuters ont précisé que cette décision s'inscrivait dans un plan plus vaste visant à réduire davantage les dépenses de l'entreprise au cours des deux prochaines années.

La société emploie actuellement environ 27 000 personnes dans le monde. À la suite des compressions, elle emploiera environ 23 800 personnes.

Thomson Reuters a également l'intention de fermer 52 de ses bureaux dans le monde d'ici à 2020, faisant passer leur nombre de 185 à 133. 

Un porte-parole de Thomson Reuters, Dave Moran, a indiqué que l'impact des suppressions d'emplois au Canada serait «minime», mais n'a pas été en mesure de fournir d'autres détails. 

En octobre, Thomson Reuters a finalisé la vente d'une participation majoritaire à 55% dans ses activités de finance et de risque à un groupe dirigé par la société de capital-investissement Blackstone et par l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada (OIRPC). La transaction évaluait ces activités à environ 20 milliards $US et a valu à Thomson Reuters environ 17 milliards $ US en espèces.

Thomson Reuters conserve une participation de 45% dans les activités de finance et de risque, qui comprennent les activités liées à ses terminaux financiers et sont désormais exploitées sous le nom de Refinitiv.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

À la une

Uber se lance dans la livraison d'épicerie à Montréal et Toronto

Ses utilisateurs de Montréal et de Toronto peuvent désormais commander des produits d’épicerie via ses applications.

Télétravail... attention, danger!

Il y a 52 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Bien que je reconnaisse que cette option puisse convenir à certains, pour ma part, j’abdique.

À surveiller : Uber, CGI et Peloton

Que faire avec les titres d’Uber, CGI et Peloton? Voici quelques recommandations d’analystes.