Sans fil : Ottawa veut favoriser la concurrence

Publié le 07/03/2013 à 12:58, mis à jour le 16/10/2013 à 15:25

Sans fil : Ottawa veut favoriser la concurrence

Publié le 07/03/2013 à 12:58, mis à jour le 16/10/2013 à 15:25

Par lesaffaires.com

[Photo : Bloomberg]

Les grandes entreprises de télécommunication canadiennes auront des droits restreints lors des prochaines enchères pour l’acquisition de nouvelles fréquences, en novembre prochain, a annoncé le ministère de l’Industrie, ce matin.

Bell, Telus et Rogers pourront miser seulement sur le quart du spectre disponible pour les services de large bande (700 MHz). L’intention du gouvernement est d’augmenter la concurrence dans le secteur des services de téléphonie cellulaire. Pour y arriver, elle veut s’assurer qu’il y ait au moins quatre fournisseurs de services dans chacune des régions du pays.

Le gouvernement a aussi indiqué que les entreprises devront davantage ouvrir leur réseau à la concurrence et partager les tours de télécommunication. Il veut ainsi s’assurer que les frais d’itinérance refilés aux consommateurs soient réduits.

«En optimisant l'utilisation des pylônes de téléphonie cellulaire et en favorisant la présence d'au moins quatre fournisseurs de services sans fil dans chaque région du pays, notre gouvernement permettra à l'ensemble des citoyens, peu importe leur lieu de résidence, d'avoir accès à des services sans fil abordables et de classe mondiale», a indiqué le ministre de l'Industrie Christian Paradis.

Le ministre Paradis a affirmé devant les médias qu’il était prématuré pour l’instant de se prononcer sur un accès élargi au marché du sans-fil canadien pour les entreprises étrangères. L’année dernière, le gouvernement avait ouvert la porte aux sociétés étrangères, jusque-là exclues, au marché canadien en leur permettant de posséder un fournisseur qui contrôle moins de 10 % du marché en termes de revenus.

L’ouverture des enchères est prévue le 11 juin.

 

À la une

La francophonie, futur boom économique

Il y a 4 minutes | Dominique Talbot

«Il faut voir la francophonie comme une chose pour laquelle il faut passer à l’offensive.»

Se dire les vraies affaires avec courage et respect

Malgré les désaccords, il est important de continuer d’échanger pour éviter des conflits plus profonds.

Ne mettons pas trop vite la «réduflation» au pilori

EXPERTE INVITÉE. Si elle est controversée, la réduction des volumes tout en maintenant les prix est parfois nécessaire.