Microsoft enfonce le clou sur la rémunération des médias

Publié le 11/02/2021 à 16:28

Microsoft enfonce le clou sur la rémunération des médias

Publié le 11/02/2021 à 16:28

Par AFP

(Photo: 123RF)

Microsoft a tenté de rallier l’Amérique du Nord et l’Europe jeudi à sa proposition de rémunérer les médias pour leurs contenus, sur le modèle d’un projet de loi australien que Google et Facebook refusent.

Le géant américain de l’informatique avait déjà indiqué la semaine dernière qu’il était prêt à combler le vide que pourrait laisser Google s’il suspendait son moteur de recherche en Australie, en riposte au « code de conduite contraignant » que le gouvernement veut imposer aux grandes plateformes.

Cette loi gouvernerait les relations entre des médias traditionnels en grandes difficultés financières et les géants qui dominent internet et captent une part importante des revenus publicitaires.

Facebook comme Google ont menacé de suspendre leurs services si le projet australien était mis en œuvre sous sa forme actuelle.

« Les gens nous ont demandé si Microsoft soutiendrait des propositions similaires aux États-Unis, au Canada, dans l’Union européenne et d’autres pays. La réponse courte est oui », a déclaré Brad Smith, le président du groupe de Seattle, dans un communiqué publié jeudi.

L’idée de rémunérer la presse en fonction du trafic que les titres génèrent sur les moteurs de recherche « a été explorée dans certains pays européens, mais avec un succès limité », note-t-il.

« La raison c’est qu’il est difficile de négocier avec une entreprise monopolistique. Vous avez une ou deux baleines d’un côté de la table des nations et des douzaines et des centaines de petits poissons de l’autre côté. Cela résulte en des négociations longues et coûteuses qui laissent le menu fretin affamé ».

Bing, le moteur de recherche de Microsoft, ne représente que 5 % des parts de marché en Australie. Il atteint les 15 %-20 % sur les recherches sur PC et mobiles aux États-Unis, d’après Brad Smith, et 10 %-15 % au Canada et au Royaume-Uni.

« Mais si nous avons des perspectives réalistes de gagner des parts de marché, nous avons confiance dans notre capacité à construire le service dont les Australiens ont besoin », a-t-il insisté.

Le code de conduite imaginé par le gouvernement australien exige de Google et Facebook qu’ils négocient avec chaque média une rémunération pour la reprise de leurs contenus. Faute d’accord, un arbitre trancherait.

Les plus gros groupes de presse australiens, News Corp et Nine Entertainment, ont estimé que ces compensations devraient s’élever à des centaines de millions de dollars par an.

Google et Facebook, soutenus par le gouvernement américain, ont affirmé que ce projet saperait leur modèle d’entreprise et le fonctionnement même d’internet.

« Les États-Unis ne devraient pas s’opposer à une proposition australienne créative qui renforce la démocratie en exigeant des sociétés de la techno qu’elles soutiennent la presse libre. Ils devraient plutôt la copier », a conclu Brad Smith.

Sur le même sujet

Facebook va restaurer les contenus d'actualité en Australie

23/02/2021 | AFP

Facebook a annoncé mardi la levée du blocage en Australie des contenus d'actualité ...

Facebook en Australie: la pression sur Guilbeault monte

M. Guilbeault a qualifié la décision de Facebook de « très irresponsable ».

À la une

Bourse: Wall Street et Toronto terminent en forte hausse

Mis à jour à 17:14 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les indicateurs laissent croire que l'économie se rétablira plus vite que prévu.

Titres en action: Recipe Unlimited, Tesco, Dassault Aviation et Honda

Mis à jour à 13:54 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.