La direction de La Presse hausse le ton

Publié le 05/08/2009 à 00:00

La direction de La Presse hausse le ton

Publié le 05/08/2009 à 00:00

Par Denis Lalonde

La Presse a vu ses revenus fondre de 23% en juillet par rapport au même mois en 2008 et l'équipe de direction du quotidien presse les syndicats de négocier un plan de réduction des dépenses, selon une note envoyée à tous les employés et dont LesAffaires.com a obtenu copie.

«Le financement bancaire de l’entreprise est lié à la capacité de La Presse de mettre en place un plan de réduction des dépenses. Le refus des partenaires syndicaux de participer activement à la réforme de la structure de coûts dans un climat de discussion et de confiance force La Presse à envisager de prendre les mesures nécessaires», menace la direction, sans préciser ce qu'elle entend par «mesures nécessaires».

«Force est de constater que le dossier avance peu et que l’urgence de trouver des solutions n’est pas partagée par nos partenaires syndicaux. Même si trois ententes de principes sur le statu quo des clauses normatives ont été conclues (syndicats de la préparation, de la chaufferie et de l’imprimerie), les négociations sont au point mort avec les syndicats qui représentent la majorité des employés», ajoute le document.

La partie patronale se dit «très déçue» de n’avoir tenu aucune discussion concrète avec les syndicats au cours des six dernières semaines et qu’aucune rencontre n’est prévue avant la mi-août, ajoutant qu’«il est impératif que des rencontres sérieuses se tiennent dans les plus brefs délais afin que nous puissions trouver des solutions à la situation intenable dans laquelle se trouve La Presse». La lettre a été envoyée aux employés le 29 juillet.

Le 15 juin dernier, La Presse a annoncé à ses employés qu’elle voulait réduire ses coûts annuels globaux de l’ordre de 26 millions de dollars, dont la moitié en main-d’œuvre. Le président et éditeur du quotidien, Guy Crevier, avait justifié l’annonce par la baisse des revenus publicitaires, par la concurrence d'Internet qui rend l'information disponible à moindre coût, ainsi que par les difficultés financières du régime de retraite de l'entreprise.

Au moment de l’annonce, M. Crevier, avait affirmé vouloir s’entendre avec les syndicats d’ici septembre quant aux moyens à adopter pour atteindre l’objectif souhaité. Selon diverses sources au sein du personnel, le quotidien de la rue Saint-Jacques génère environ 600 emplois et le plan de réduction des coûts prévoit la suppression d’une centaine d’entre eux.

Afin de réduire ses dépenses, le quotidien a notamment supprimé son édition du dimanche, dont la dernière parution a eu lieu le 28 juin.

Les conventions collectives des employés de La Presse sont échues depuis le 31 décembre dernier.

La vice-présidente aux communications du quotidien, Caroline Jamet, a refusé de commenter le dossier: «Nous n’avons pas l’intention de faire des commentaires sur les négociations avec nos partenaires syndicaux. C’est un processus qui se déroule à l’interne», a-t-elle répondu à plusieurs reprises.

De son côté, la présidente du Syndicat des travailleurs de l’information de La Presse (STIP), Hélène de Guise, est en vacances. Personne en son absence n’est autorisé à commenter ce dossier dans les médias, selon un autre membre de l’effectif syndical.

 

À la une

Pourquoi TaĂŻwan est crucial pour votre entreprise

ANALYSE. Une guerre ou un blocus de l’île productrice de semi-conducteurs affecterait plusieurs entreprises au Canada.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse, quatrième semaine de gains pour le Nasdaq

Mis à jour le 12/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

Ă€ surveiller: Canadian Tire, Linamar et Disney

12/08/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Canadian Tire, Linamar et Disney ? Voici quelques recommandations d’analystes.