Jeux vidéo : Red Barrels mise sur l'horreur


Édition du 01 Novembre 2014

Jeux vidéo : Red Barrels mise sur l'horreur


Édition du 01 Novembre 2014

Par Denis Lalonde

Fondé par trois anciens d'Ubisoft, le studio montréalais de jeux vidéo Red Barrels mise sur l'horreur pour se faire un nom, et la stratégie rapporte, confie l'un des cofondateurs de l'entreprise, Philippe Morin.

Le premier jeu du studio Red Barrels, Outlast, a coûté 1,4 million de dollars à produire et a déjà rapporté des revenus de 11 M$, selon le cofondateur de l’entreprise montréalaise, Philippe Morin.

Selon le dirigeant, Outlast, premier jeu du studio, a été téléchargé environ 2,5 millions de fois depuis sa sortie en septembre 2013 sur PC. Il a aussi été lancé respectivement sur PS4 et Xbox One en mai et en juin dernier.

«Le jeu a coûté 1,4 million de dollars à produire et a déjà rapporté des revenus de 11 M$», dit-il, en précisant que Red Barrels a profité d'un «vide» laissé par les grands studios.

M. Morin soutient que les cofondateurs du studio avaient une bonne expérience dans les jeux de type action-aventure pour joueurs solos. «Au départ, on voulait continuer de faire ce qu'on aimait, tout en tablant sur notre expertise. Nous voulions également travailler avec une petite équipe et que nos projets soient rentables», dit celui qui a fondé Red Barrels en compagnie de David Châteauneuf et Hugo Dallaire.

À ce moment, l'idée de concevoir un jeu d'horreur a émergé. «C'était un nouveau défi qui nous permettait de récupérer l'expérience acquise au fil des ans. De plus, en faisant une analyse de marché au début de 2011, nous nous sommes aperçus qu'au cours des six mois précédents, un seul jeu d'horreur avait été lancé, et le projet avait été rentable. À notre avis, cela confirmait qu'il y avait de la place pour d'autres titres dans ce créneau», explique le cofondateur, aussi designer de jeux.

L'histoire d'Outlast se déroule dans l'asile psychiatrique Mount Massive, situé dans les montagnes du Colorado. Longtemps abandonné, l'endroit a été secrètement rouvert par une entreprise qui y mène des activités de «recherche et de charité». Puis arrive le journaliste Miles Upshur, qui enquête sur les pratiques de ladite entreprise et qui entre à l'intérieur de l'établissement en catimini. Une fois à l'intérieur, le héros sera pourchassé par diverses créatures, dont un médecin (ou était-ce un boucher ?) qui est vêtu uniquement d'un tablier et collectionne les membres humains. Son unique moyen de survivre sera de s'échapper ou de se cacher de ses assaillants. L'objectif du joueur est de trouver le «terrible secret» de l'établissement et d'en faire sortir le journaliste vivant. Le jeu a obtenu une note de 80/100 sur le site Metacritic, une référence dans le domaine de la critique.

À la une

Faire partie de la même équipe que Cole Caufield avec Lipsweater

Une start-up montréalaise propose aux mordus du hockey de faire partie du même club que Cole Caufield.

Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto est fermée pour la Fête du Canada.

Twitter: un rendement assuré de 43%?

EXPERT INVITÉ. Le titre de Twitter se négocie à 37,80$US, 43% sous le prix offert par Elon Musk. Pourquoi?