Des employés de TVA manifestent

Publié le 05/09/2018 à 13:48

Des employés de TVA manifestent

Publié le 05/09/2018 à 13:48

Par La Presse Canadienne

(Photo: LesAffaires.com)

Une centaine de syndiqués de TVA manifestent, mercredi midi, devant les bureaux du télédiffuseur à Montréal pour dénoncer la lenteur des négociations quant au renouvellement de leur convention collective.

Le principal point en litige est ce que le syndicat appelle le transfert des emplois de TVA vers d'autres filiales de Québecor.

Selon le SCFP, les négociations n'avancent plus.

Soirée électorale menacée

Les travailleurs, membres du Syndicat canadien de la fonction publique, affilié à la FTQ, menacent donc d'utiliser leur mandat de grève le 22 septembre, soit en pleine fin de course électorale.

Mais le message inscrit sur les deux camions stationnés près des manifestants lançait un message clair: «Les négociations piétinent avec TVA. Pas d'entente, pas de soirée électorale!»


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

18/07/2019 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

18/07/2019 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

18/07/2019 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».