CH: Pierre Karl Péladeau n'a rien à ajouter

Publié le 13/05/2009 à 00:00

CH: Pierre Karl Péladeau n'a rien à ajouter

Publié le 13/05/2009 à 00:00

Par Denis Lalonde
Tel un habile joueur de hockey contournant ses adversaires, il a esquivé toutes les questions sur son intérêt pour le Canadien de Montréal et sur le lock-out qui sévit depuis bientôt quatre mois au Journal de Montréal.



Dans le dossier du Canadien, il a donc été impossible d’en savoir plus, car Quebecor a signé une entente de confidentialité avec le propriétaire du club de hockey, George Gillett. M. Péladeau a simplement concédé qu’il était un fan de hockey et qu’il n’était pas inquiet de voir le CH quitter Montréal.

Pour ce qui est du lock-out au Journal de Montréal, Pierre Karl Péladeau n’a pas voulu élaborer, affirmant qu’il ne «négociait pas dans les médias». Il n’a pas voulu préciser quels étaient les coûts du lock-out en termes de baisse de revenus publicitaires ou de perte d’abonnés.

Le dirigeant n’a pas non plus dit ressentir d’émotion particulière à l’idée qu’une partie de l’héritage familial, l’imprimeur Quebecor World, soit vendu à l’américaine R.R. Donnelley. «Je ne peux commenter car je ne suis pas au courant de la proposition», a-t-il dit.

R.R. Donnelley a déposé la nuit dernière une offre non-sollicitée totalisant 1,35 milliard de dollars américains pour racheter Quebecor World, qui opère sous la protection des créanciers depuis janvier 2008.

M. Péladeau a été plus loquace sur la question de l’avenir des médias imprimés et sur la baisse de tirage qui affecte particulièrement ses publications ontariennes. Il a également affirmé que la fusion entre Canoë et Sun Media n’allait pas changer les activités quotidiennes des deux filiales.

La direction de Quebecor a par ailleurs rejeté, pour le moment, de soumettre la politique de rémunération de ses hauts dirigeants à un vote consultatif des actionnaires, tel que l’a demandé Louise Champoux-Paillé, du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MEDAC).

À la une

L'ACÉUM est un moindre mal, dans les circonstances

ANALYSE - Canadiens et Mexicains ont intérêt à mettre derrière eux la réingénierie du libre-échange en AmérIque du Nord.

Trois placements à contre-courant pour 2020

BLOGUE. Voici trois secteurs abordables susceptibles de battre le marché en 2020 pour l'investisseur anti-conformiste.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.