Le site RueFronenac.com est fermé

Publié le 01/07/2011 à 19:07, mis à jour le 01/07/2011 à 20:13

Le site RueFronenac.com est fermé

Publié le 01/07/2011 à 19:07, mis à jour le 01/07/2011 à 20:13

Par La Presse Canadienne

Le site d'information RueFrontenac.com a cessé ses activités vendredi matin, a confirmé en fin de journée un porte-parole de RueFrontenac.com, Jean-François Codère en entrevue avec la Presse Canadienne.

Le site qui avait été créé à la suite du lock-out du Journal de Montréal décrété le 24 janvier 2009 s'est poursuivi même après la fin du conflit le 26 février 2011.

Environ 45 employés qui avaient refusé de retourner au Journal de Montréal étaient restés en poste en vue de faire du site un médium permanent grâce à la participation financière d'un acquéreur.

Il y a quelques semaines, les négociations ayant échoué avec le premier acquéreur, d'autres pourparlers ont été amorcés en vue de l'achat de l'entité qui s'était placée sous la loi de la protection contre les créanciers.

Dans une note transmise sur le blogue artisanrf.blogspot il est indiqué: "Les journalistes, chefs de pupitre, photographes, infographistes et le personnel de rédaction de RueFrontenac.com ont décidé pour une raison hors de leur contrôle de cesser de collaborer au site Internet qu'ils ont lancé avec passion en janvier 2009. Tous ces artisans ont repris le contrôle de leurs contributions à Rue Frontenac.com."

Plus loin il est question d'une personne liée à la transaction qui empêchait le geste de se réaliser.

"Les négociations des dernières semaines avec un acquéreur potentiel qui a repris récemment des éléments de la propriété de Rue Frontenac.com, ont achoppé sur de nombreuses questions fondamentales, dont la liberté éditoriale. Les engagements qui avaient été pris au cours des dernières semaines pour la poursuite des opérations du site Internet n'ont pas été respectés, et l'identité d'une personne liée de près ou de loin à la transaction, du côté de l'acquéreur, nous interdisait pour des raisons d'intégrité journalistique d'aller plus avant dans la négociation."

Toutefois le porte-parole de RueFrontenac.com, Jean-François Codère, n'a pas voulu dévoiler ni le nom du deuxième acquéreur possible ou de la personne liée à la transaction.

Il a par ailleurs indiqué que la trentaine de journalistes qui travaillaient bénévolement sans salaire depuis deux mois ne comptaient pas retourner pour le propriétaire du Journal de Montréal Pierre-Karl Péladeau.

"Je serais très surpris" a commenté M. Coderre en indiquant que pour plusieurs, il s'agissait d'une certaine libération.

"Maintenant, la situation est claire, ça faisait deux mois qu'on travaillait sous pression, sans salaire, on était fatigué, c'était instable."

En soirée, le site était devenu pratiquement inactif et c'est une boîte vocale qui recevait les appels à la rédaction.

La responsabilité des dettes de RueFrontenac.com appartiendraient au dernier acquéreur potentiel ayant transigé avec le comité de relance et les employés n'ont aucune obligation financière a fait savoir M.Codère.

À la une

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.

Deux exemples percutants de titres dits «défensifs»

BLOGUE INVITÉ. Jamais n’a-t-on vu le taux de chômage exploser comme on l’a vu au cours des dernières semaines.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?