S'inspirer de l'Allemagne pour relancer le manufacturier québécois

Publié le 03/04/2017 à 17:06

S'inspirer de l'Allemagne pour relancer le manufacturier québécois

Publié le 03/04/2017 à 17:06

Par Denis Lalonde

Le président-directeur général d'Investissement Québec, Pierre-Gabriel Côté tire la sonnette d'alarme et dévoile un plan en 10 initiatives pour relancer le secteur manufacturier québécois.

L'une des 10 solutions passe selon lui, par l'adaptation du mode de formation dual allemand au système d'éducation québécois. «Le modèle dual permet d'accélérer l'apprentissage. Les gens qui veulent venir en région seraient ainsi intégrés dans un système qui offre, en parallèle, des formations scolaires et en milieu de travail», a-t-il expliqué en marge d'une allocution devant les membres du Cercle canadien de Montréal.

Il a ajouté que l'Allemagne avait accueilli près de 900 000 régugiés syriens au cours des derniers mois, pour une cause noble et humanitaire, mais aussi parce que le pays se dirige droit vers un choc démographique et un manque de main-d'oeuvre.

«Ils ont les mêmes problèmes qu'ici avec un faible taux de natalité et une croissance économique qui passe par les métiers techniques. C'est pourquoi le système dual nous a autant impressionné», dit-il. 

Quand la baisse du taux de chômage devient une mauvaise nouvelle

M. Côté et son équipe viennent de terminer une tournée pan-québécoise pour prendre le pouls de l'industrie manufacturière. Il dit avoir constaté que les projets sont bien souvent freinés par le manque de main-d'oeuvre qualifiée. «La baisse du taux de chômage devient alors une mauvaise nouvelle... Cela veut dire que nous ratons des opportunités en raison d'une pénurie de travailleurs», affirme-t-il, citant la région de Drummondville, dont la croissance est freinée par l'incapacité de la région à combler un millier d'emplois manufacturiers.

«On a un problème démographique. Beaucoup de jeunes ont délaissé les régions et certains métiers techniques n'ont pas été valorisés depuis plusieurs années. Le secteur a perdu beaucoup de son lustre au fil des ans et souffre à présent d'un problème de confiance», raconte le dirigeant.

Pierre-Gabriel Côté soutient que les entrepreneurs manufacturiers ne peuvent plus attendre et doivent malgré tout investir pour moderniser leurs installations. «Il en va des exportations du Québec, car 89% de tous les produits manufacturiers québécois sont destinés à l'exportation», dit-il.

Bombardier: pas de commentaire

Pierre-Gabriel Côté n'a pas voulu commenter le dossier des hausses salariales des hauts dirigeants de Bombardier, estimant que cela relevait du conseil des ministres.

 

À la une

Comment lutter contre la xénophobie (en politique et au travail)?

Il y a 21 minutes | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est qu'il est intolérable de laisser souligner une différence dans le but de créer une souffrance.

Faites comme les frères McDonald: sortez vos craies!

Il y a 21 minutes | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Comment peut-on se distinguer et devenir le chef de file de la meilleure expérience client «COVID-19»?

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.