Le fabricant de meubles Bestar avale un concurrent américain, Bush Industries

Publié le 14/01/2020 à 11:07

Le fabricant de meubles Bestar avale un concurrent américain, Bush Industries

Publié le 14/01/2020 à 11:07

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Le fabricant de meubles Bestar, basé à Lac-Mégantic, acquiert la compagnie américaine Bush Industries qui est elle aussi un fabricant de meubles prêts à assembler pour le bureau et la maison.

Les deux sociétés combinées compteront 600 employés, dont plus de 200 au Canada; leur fusion devrait consolider des ventes d’environ 260 millions $ CAN.

La nouvelle est annoncée mardi par Novacap, une entreprise canadienne œuvrant dans le domaine du placement privé. Le montant de la transaction n’a pas été divulgué.

Frédérick Perrault, associé sénior de Novacap et président du conseil d’administration de Bestar, signale que l’objectif de Bestar est de concentrer les efforts sur les solutions en ligne pour les meubles de maison et de bureau. Il estime que les équipes dirigeantes de Bestar et Bush voient une opportunité de marché importante et à forte croissance pour les meubles vendus en ligne.

Bestar, une entreprise fondée en 1948, possède des installations de fabrication à Lac-Mégantic et à Sherbrooke. Le siège social de Bush Industries et ses activités de fabrication aux États-Unis sont situés à Jamestown, dans l’État de New York, avec des installations supplémentaires en Pennsylvanie, en Californie et en Chine.

Le siège social de la compagnie née de la fusion sera situé à Sherbrooke.

 

À la une

COVID-19: trois régions du Québec au rouge dès jeudi

Mis à jour il y a 5 minutes | lesaffaires.com

Dès jeudi matin, trois zones du Québec passeront au rouge: Montréal, la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches.

Montréal et Québec, bientôt des zones rouges

Mis à jour à 11:34 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Le premier ministre François Legault pourrait en faire l’annonce à 17h30.

Dimanche, dernière journée de la PCU

Ottawa s’attend maintenant à ce que trois des quatre millions de prestataires de la PCU passent à l’assurance-emploi.