La transformation technologique du secteur manufacturier

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Juillet 2017

La transformation technologique du secteur manufacturier

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Juillet 2017

Par Pierre Cléroux

[Photo : 123RF]

Le secteur manufacturier n'en est pas à ses premiers changements. Après la mécanisation et l'électrification des équipements au 19e siècle, la globalisation a profondément transformé le modèle d'affaires des fabricants dans les années 1980. Plus récemment, l'automatisation et la robotisation ont entraîné des modifications dans plusieurs usines. La prochaine décennie sera celle des technologies numériques. On parle de la quatrième révolution industrielle: nous sommes actuellement à l'ère de l'usine intelligente, aussi appelée industrie 4.0.


Dans cette usine, les machines et les systèmes sont interconnectés et forment un réseau intelligent rendant les activités de fabrication plus flexibles. Les applications de l'industrie 4.0 sont nombreuses. Elles vont de la numérisation des documents commerciaux à l'intégration des réseaux informatiques en passant par l'impression 3D, les procédés intelligents pour évaluer la qualité des produits ou effectuer des suivis de production en temps réel, etc.


Connexion, le salon de la transformation numérique


Augmenter la productivité


L'utilisation de capteurs sur les lignes de production permet d'obtenir des données sur la fabrication en temps réel pour valider la qualité des produits et la performance des équipements. Les entreprises peuvent ainsi réagir plus rapidement pour éviter les arrêts de production ou réduire les pertes liées à une variation de la qualité des produits.


Une PME de Sept-Îles, qui fabrique de l'équipement destiné aux secteurs du minerai de fer et de l'aluminium, a été une des premières au Québec à intégrer le concept de l'usine intelligente et en a retiré des gains remarquables. Elle n'a pas hésité à répondre à l'invitation du Cégep de Sept-Îles, afin de participer à un projet de recherche pour implanter un système grâce auquel elle pourra surveiller de façon continue l'épaisseur du revêtement appliqué à l'équipement vendu à ses clients.


Elle peut ainsi économiser sur deux plans. Il y a moins de gaspillage puisque le système permet d'appliquer une quantité optimale de revêtement. La PME peut aussi choisir de meilleurs scénarios d'entretien pour déterminer à quel moment l'équipement doit être remplacé, plutôt que de se fier aux directives du fabricant. La durée de vie de certaines pièces est ainsi passée de 2 000 à 10 000 minutes. Cela entraîne des économies de 75 000 $ en pièces de rechange, soit 10 % du budget annuel. La diminution des arrêts de production a aussi engendré des gains de productivité.


Devant ces résultats, l'entreprise entend poursuivre son virage technologique. Elle projette d'utiliser des capteurs pour surveiller le rendement de son équipement dans les installations de ses clients. Grâce aux données transmises par Internet, elle pourra les avertir en cas de problème ou planifier le remplacement des pièces. Elle bonifiera ainsi son service à la clientèle, ce qui lui permettra de se distinguer de ses concurrents.


Transformer son modèle d'affaires


Comme c'est le cas pour cette PME, les technologies numériques peuvent non seulement réduire les coûts, mais également changer le modèle d'affaires d'une entreprise. La connectivité permet aux fabricants d'offrir des services reliés à leurs produits. Grâce à ces technologies, les entreprises ajoutent de la valeur à leurs clients, améliorent l'expérience client et prolongent leur relation avec la clientèle en offrant des services complémentaires. Plusieurs fabricants deviendront des fournisseurs de services et pourront ainsi se différencier de la concurrence.


C'est le cas d'un fabricant ontarien de systèmes d'éclairage pour les secteurs commercial et industriel. À la vente de ses produits, il prévoit ajouter d'ici peu un service de location de systèmes d'éclairage munis de capteurs sans fil qui permettront de faire un suivi en temps réel de l'état de fonctionnement des appareils. Il pourra ainsi déterminer le moment où les ampoules doivent être changées et en informer ses clients avant qu'elles brûlent. Un gain d'efficacité pour les utilisateurs, que ce soit un site industriel ou une municipalité, qui ne seront jamais privés d'éclairage. Ce service procurera un revenu récurrent à l'entreprise et lui permettra de maintenir un contact régulier avec sa clientèle.


Les fabricants prennent le virage


Les technologies numériques offriront des possibilités inimaginables au secteur manufacturier au cours de la prochaine décennie. Près de 40 % des entreprises manufacturières canadiennes ont mis en oeuvre des projets 4.0.


Les fabricants québécois sont à l'avant-garde puisqu'ils ont entrepris le passage au numérique dans une proportion plus grande (45 %) que les autres provinces, selon une étude de la BDC.


Des données encourageantes qui ne doivent pas occulter le fait que les entreprises manufacturières des États-Unis, de l'Europe et de l'Asie ont une longueur d'avance en matière de virage numérique.


EXPERT INVITÉ
Pierre Cléroux est vice-président, Recherche et économiste en chef de la banque de développement du Canada (BDC)


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Bientôt plus d’intelligence dans les chaînes d’approvisionnement

BLOGUE. Prévoir le plus précisément possible combien de contenants de crème glacée, de ...

Conférence de Montréal: les obstacles à l'usine intelligente

13/06/2018 | François Normand

L’un de ces obstacles est l’absence du «droit à l’erreur» dans trop d’entreprises, déplore un spécialiste de Siemens.

À la une

L'interdiction de fumer du pot ne peut être ajoutée dans un bail pour l'instant

16:16 | Pierre Saint-Arnaud, PC

Un propriétaire ne peut toujours pas imposer une clause d'interdiction de fumer du cannabis dans un bail ...

«Think big», la clé du succès pour les start-up

BLOGUE. Un autre slogan sorti des boules à mites fort pertinent ces jours-ci : «il faut qu’on se parle».

États-Unis: les plateformes de courtage alternatives devront être plus transparentes

16:10 | AFP

Le gendarme américain des marchés financiers, la SEC, a adopté mercredi des mesures obligeant les ...