IQ veut accélérer le virage vert des entreprises

Publié le 19/03/2021 à 11:55

IQ veut accélérer le virage vert des entreprises

Publié le 19/03/2021 à 11:55

Par François Normand

Ce programme est une réponse de la société d’État à la stratégie globale du gouvernement du Québec de mettre en place une économie plus verte. (Photo: courtoisie)

Les entreprises québécoises peuvent à la fois devenir plus compétitives et réduire leur empreinte environnementale, affirme Investissement Québec (IQ), qui a lancé ce vendredi l’initiative Compétivert pour atteindre ces deux objectifs.

Concrètement, cette initiative cherche à convaincre les entreprises à adopter des technologies propres et des pratiques écoresponsables, et ce, pour devenir plus compétitives et productives tout en réduisant leur empreinte environnementale.

Lors de la présentation virtuelle de l'initiative, le PDG d'IQ, Guy LeBlanc, a expliqué que ce programme est une réponse de la société d’État à la stratégie du gouvernement du Québec de mettre en place une économie plus verte.

«On veut être actif et proactif», a-t-il déclaré.

Ce dernier a souligné que le secteur industriel est le deuxième plus important émetteur de GES au Québec (30% des émissions), après le secteur des transports (45% des émissions), et qu'il y a donc encore beaucoup de travail à faire.

La première vice-présidente, stratégies et solutions d’affaires d’Investissement Québec, Sylvie Pinsonnault, a pour sa part expliqué que l’initiative Compétivert permettra de financer et d’accompagner des entreprises dans leurs projets d’innovation durable.

«Les entreprises doivent être conscientes que la productivité durable permet aussi d'accroître aussi la rentabilité», a-t-elle insisté.

Une meilleure compétitivité permet à une entreprise de réduire ses coûts, d’accélérer son processus d’innovation et d’avoir une chaîne logistique plus fluide.

De plus, une productivité durable accrue permet aussi aux entreprises de se démarquer de la concurrence sur les marchés étrangers, où les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont de plus en plus exigés dans les contrats privés et les appels d’offres publics.

Dans les trois prochaines années (2021-2024), IQ compte financer des projets à hauteur de 375 millions de dollars. La société d’État le fera à partir de ses fonds propres et des fonds du gouvernement du Québec, ainsi qu’avec l’aide d’institutions financières, de fonds d’investissement et de partenaires privés.

 

Une meilleure compétitivité permet à une entreprise de réduire ses coûts, d’accélérer son processus d’innovation et d’avoir une chaîne logistique plus fluide. (Photo: Getty Images)

Par contre, il s’agit d’une cible de départ, et Investissement Québec souhaite en faire davantage, a précisé à Les Affaires Sylvie Pinsonnault, en marge de la présentation de l’initiative Compétivert. «Il n’y a pas de limite pour nos interventions. On va regarder tous les projets.»

Concrètement, Investissement Québec offre trois mesures pour accélérer le virage vert des entreprises: deux au niveau du financement et une pour identifier les meilleures solutions technologiques disponibles sur le marché.

Conférence Entreprise responsable et durable

#1 – Solution de financement

La solution de financement Compétivert s’adresse aux entreprises qui veulent réaliser des projets qui nécessitent d’intégrer des technologies propres ou des pratiques écoresponsables à leurs procédés existants.

Cette solution de prêts offre entre autres aux entreprises un moratoire de remboursement de capital pouvant s’étendre jusqu’à 48 mois (4 ans).

 

#2 - Solution de participation 

La solution d’appariement d’investissement Compétivert vise à appuyer les PME du Québec qui développent des technologies propres, et ce, sous forme d'une prise de participation minoritaire en équité par IQ et d’autres investisseurs. Elle s'adresse aux entreprises aux stades de démarrage et de post-démarrage, qui ont réalisé des ventes à la suite d’une preuve de concept, avec un joueur stratégique ou une clientèle diversifiée.

L’objectif ultime est de les faire grandir au Québec puis de les amener sur les marchés d’exportation qui seront prometteurs, selon le PDG d'Investissement Québec.

Ainsi, en 2030, le secteur des technologiques propres représentera un marché mondial évalué à 23 000 milliards de dollars américains (G$US). Cela est plus important que la taille actuelle de l’économie américaine, dont le PIB s'est élevé à 20 930 G$US en 2020.

 

#3 – Solution de diagnostic 

Le diagnostic de performance environnementale industrielle Compétivert sera réalisé par les experts techniques d’Investissement Québec – CRIQ (Centre de recherche industrielle du Québec). Ces derniers pourront ainsi analyser les procédés et les processus industriels ainsi qu’établir une liste d’actions et de projets prioritaires et rentables dans les entreprises.

Les experts d’IQ-CRIQ feront leurs recommandations en fonction des meilleures pratiques et des technologies propres permettant d’accroître la productivité et la compétitivité, en plus de maximiser les retombées économiques et environnementales au Québec.

Ce diagnostic peut être admissible, sous certaines conditions, à une subvention du Fonds Écoleader représentant jusqu’à 50% des dépenses admissibles.

Sur le même sujet

Les PME adhèrent massivement à la transition écologique

08/04/2021 | François Normand

La majorité des entrepreneurs le font par conviction, et non pas pour réduire leurs coûts ou accommoder leur clientèle.

Cachez ce déchet que je ne saurais voir

BLOGUE INVITÉ. Plusieurs obstacles empêchent de réduire nos déchets et de valoriser ceux que nous produisons.

À la une

Le projet de loi 96 bien accueilli par l'opposition et Ottawa

La nouvelle pièce législative vise à encadrer l’usage du français chez les entreprises de 25 à 49 employés notamment.

Le gouvernement Legault parraine une réforme de la loi 101

Mis à jour à 16:24 | La Presse Canadienne

La nouvelle loi 101 sera appliquée aux entreprises de 25 à 49 employés.

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»