Des matelas à l'empreinte carbone poids plume

Publié le 06/05/2022 à 15:00

Des matelas à l'empreinte carbone poids plume

Publié le 06/05/2022 à 15:00

Par Isabelle Delorme

(Photo: courtoisie)

Le chemin parcouru par l’entreprise Bleu.eco depuis sa création en 2006 se mesure en une économie de plusieurs milliers de kilomètres. En passant de l’importation d’oreillers brésiliens à une production et un approvisionnement local de matelas et produits de literie, l’entreprise de Saint-Hyacinthe a totalement changé de système de valeurs.

L’engagement écologique et local de Bleu.eco est intégré à son nom. Pourtant, la PME de 45 employés n’a pas toujours eu ces préoccupations. Trois ans après son ouverture, la jeune entreprise qui vendait principalement des oreillers importés du Brésil à des détaillants a décidé de fabriquer une partie de ses produits. « Nous avons cherché un approvisionnement local pour nos matières premières. De fil en aiguille, le marché s’est ouvert », raconte le vice-président des ventes et du marketing, René Lacerte. Deux ans plus tard, l’équipe s’est lancée dans la fabrication de matelas, qui constituent aujourd’hui 70 % de ses ventes, devant les sommiers (20 %), les lits articulés (10 %) et les oreillers.

 

Un rayon de 60 kilomètres

89 % des fournisseurs de Bleu.eco se situent dans un rayon de 60 kilomètres. La localisation géographique de Saint-Hyacinthe y est propice. « La région de Montréal est un pôle d’attraction pour les entreprises, ce qui nous permet d’y trouver la majorité de nos fournisseurs », reconnaît René Lacerte. Cela dit, la PME poursuit une « démarche d’amélioration continue » afin de remplir son carnet de commandes toujours plus près de chez elle.

 La majorité de ses fournisseurs (54 %) produisent localement la marchandise qu’elle achète. Les mousses, par exemple, sont fabriquées à Montréal. Mais certaines matières ne sont pas disponibles au Québec. « Notre fournisseur de latex, situé à moins de 60 km, effectue des transformations secondaires – comme le taillage – sur la matière qu’il importe de son usine du Connecticut, aux États-Unis. Celle-ci est la seule à produire du latex sur le continent », explique Richard Lapointe, propriétaire de Bleu.eco.

 

« Toujours gagnants »

En procédant à des sondages en magasin et sur Internet, Bleu.eco a vite perçu l’intérêt de sa clientèle pour la provenance locale de ses produits. « Cela nous permet de ne pas embarquer dans une compétition avec nos concurrents qui se réduirait aux prix », indique René Lacerte. L’entreprise, qui mise plutôt sur la qualité fabriquée au Québec, utilise d’ailleurs cet argument pour vendre son nouveau « lit articulé 100 % québécois » en ligne. « Quand on s’adresse à la bonne clientèle, elle est prête à payer la petite prime qui permet d’encourager les gens d’ici », assure le vice-président. 

Richard Lapointe croit même que son entreprise a « toujours été gagnante en allant chercher des fournisseurs locaux ». Depuis 2018, elle enregistre une croissance de 50 à 80 % chaque année, avec des ventes annuelles comprises entre 5 et 10 millions de dollars. « L’essor des produits de cocooning et la publicité autour de l’achat local pendant la pandémie nous ont privilégiés », estime-t-il.

L’intérêt de la politique d’approvisionnement de la PME dépasse toutefois la vente et le marketing. « Sur le plan fonctionnel et opérationnel, cela a du sens de faire affaire avec des gens qui sont près de nous », déclare René Lacerte. Grâce à cette proximité, « les problèmes sont vite réglés » constate celui qui n’a que quelques kilomètres à parcourir pour aller contrôler la qualité chez ses fournisseurs. Sans compter que les délais et les coûts de transport sont réduits.

L’ancrage local de Bleu.eco s’intègre dans une synergie de valeurs écoresponsables et d’engagement social « qui s’attachent naturellement ensemble », selon son vice-président. L’entreprise vient d’ailleurs de lancer le programme « Je grandis » afin de donner une seconde vie aux matelas d’enfants qui ont grandi.

L’entrepreneur en produits de sommeil peut également dormir sur ses deux oreilles dans le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre. « Nous n’avons aucune difficulté à recruter, car nos employés font venir leur famille et leurs amis dans notre entreprise, se réjouit Richard Lapointe. Notre personnel est très sensible à nos valeurs. »

 

****

Répartition géographique des fournisseurs de Bleu.eco en 2021

- 54 % sont situés à moins de 60 km et produisent eux-mêmes

- 35 % sont à moins de 60 km, mais produisent et achètent au-delà de ce rayon

- 11 % sont à plus de 60 km

 

Source : Bleu.eco

 

 

 



Sur le même sujet

L'année pourrait être difficile pour l'économie, prévient la PDG du Fonds FTQ

L’action du Fonds de solidarité FTQ est ajustée en baisse de 5,7% à 52,61$.

Derrière le chaos des marchés, le retour à la normale?

Mis à jour le 30/06/2022 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le stratège James Paulsen observe un lent retour à la normale que les investisseurs ne perçoivent pas encore.

À la une

Guerre en Ukraine: vers un scénario à la coréenne?

ANALYSE. Plusieurs scénarios sont possibles en Ukraine, mais le plus plausible est une division durable du pays en deux.

Faire partie de la même équipe que Cole Caufield avec Lipsweater

01/07/2022 | Emmanuel Martinez

Une start-up montréalaise propose aux mordus du hockey de faire partie du même club que Cole Caufield.

Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié

Mis à jour le 01/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto est fermée pour la Fête du Canada.