Alstom préfère GE mais laisse entrouverte la porte à d'autres offres

Publié le 30/04/2014 à 16:37

Alstom préfère GE mais laisse entrouverte la porte à d'autres offres

Publié le 30/04/2014 à 16:37

Par AFP

L'industriel Alstom a préféré l'offre de l'américain General Electric pour le rachat de son importante branche énergie, mais a laissé la porte entrouverte à d'autres propositions éventuelles, dont celle de l'allemand Siemens, comme le souhaitait le gouvernement qui surveille de près le dossier.

Le conseil d'administration d'Alstom a reconnu "à l'unanimité les mérites stratégiques et industriels" de l'offre de GE d'un montant de 12,35 milliards d'euros, lors d'une réunion mardi soir étroitement suivie par l'Etat qui entend veiller à la préservation de l'emploi et au maintien d'activités stratégiques en France.

Cette annonce a fait s'envoler l'action Alstom qui a enregistré mercredi une hausse de de 9,33%, à 29,52 euros, dans un marché en recul de 0,23%.

Le fabricant de turbines électriques et de TGV va cependant mettre en place un comité d'administrateurs indépendants, pour procéder, d'ici fin mai, à "un examen approfondi de l'offre, en tenant compte des intérêts de l'ensemble des parties prenantes, y compris ceux de l'Etat français".

D'ici là, Alstom ne pourra pas solliciter d'autres offres, mais "s'est réservé le droit de répondre à des offres non sollicitées", se laissant des marges de manoeuvres, comme le souhaitait le gouvernement qui refusait d'être mis devant le "fait accompli".

Siemens, qui souhaite également racheter cette branche mais n'a pas encore formalisé d'offre, aura un accès équitable à l'information lui permettant, le cas échéant, de soumettre une offre ferme.

Le dossier "n'est pas plié", a assuré le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg mercredi. "Nous nous sommes battus pour qu'il y ait le choix", a-t-il dit.

"Nous avons devant nous plusieurs semaines" et "le gouvernement compte utiliser ce temps pour défendre les intérêts industriels de la nation". Ce dernieravait reproché à Alstom de ne pas l'avoir tenu informé des négociations en cours avec GE, dévoilées par la presse la semaine dernière.

"Nous avons été entendus, c'est cela qui me paraît essentiel", s'est félicité le Premier ministre Manuel Valls, tandis que le ministre des Finances Michel Sapin a indiqué que le gouvernement n'entendait pas mettre son veto à l'opération.

À la une

Bourse: Wall Street en petite hausse après l'accord sino-américain

Mis à jour à 16:50 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La victoire électorale de Boris Johnson au Royaume-Uni a aussi influencé les marchés.

Titres en action: Empire (IGA), Transat, Transcontinental...

06:49 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Un FNB peut-il faire faillite?

12:28 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. N’importe quelle entreprise peut théoriquement faire faillite, pourquoi pas un fonds négocié en Bourse?