Raffineries de Napierville: l'eau toujours contaminée, 45 ans après un déversement

Publié le 28/02/2014 à 10:40

Raffineries de Napierville: l'eau toujours contaminée, 45 ans après un déversement

Publié le 28/02/2014 à 10:40

Par Marc-André Couillard, Coup d'oeil

L’an dernier, un incident aux Raffineries de Napierville avait laissé s’échapper 6000 à 7000 litres de produits chimiques, selon le directeur de l’usine. Les systèmes de sécurité en place ont cependant permis de récupérer la totalité de ces contaminants.

Les contaminants que l’on retrouve aujourd’hui sur le site des Raffineries de Napierville se sont infiltrés dans le sol suite à un déversement survenu… dans les années soixante. Pour éviter que l’eau souterraine contaminée n’affecte le réseau de puits de la municipalité, l’usine pompe cette eau et l’utilise dans son procédé. «Je pompe plus que la municipalité, explique Renaud Buissières, directeur de l’usine. Ça maintient le contaminant au niveau du site de l’usine.»


Le site des Raffineries de Napierville est notamment contaminé par de l’acénaphtène, des dichlorobenzènes et du naphtalène, des dérivés du pétrole. Questionné à ce sujet, Renaud Buissières affirme que plusieurs systèmes ont été mis en place afin d’empêcher les déversements de produits chimiques dans l’environnement. «On a asphalté presque tout le site. S’il y a un déversement, le produit reste sur l’asphalte, explique M. Buissières. On a mis un bassin de récupération près des wagons et à tous les endroits où il y a des déchargements de camions. Tous les réservoirs sont entourés d’un muret de béton.»


Une partie des contaminants qui se trouvent aujourd’hui dans le sol et dans l’eau souterraine sur la propriété de l’usine s’y sont retrouvés suite à un déversement qui a eu lieu vers 1968, selon Serge Bouchard, directeur des travaux publics de Napierville, avant même que ce ne soit les Raffineries de Napierville qui occupent les lieux. «Il y a eu un déversement de wagon d’à peu près 80 tonnes de matériel. C’est une ancienne “cannerie” et il y avait des puits forés qui n’étaient pas sécurisés, qui ont servi de drains de plancher», relate-t-il.


L’usine actuelle, qui produit notamment des boules à mites, pompe cette eau contaminée, qui est ensuite utilisée dans son procédé comme eau de refroidissement. Cette eau est ensuite traitée sur place, avant d’être rejetée vers la rivière.


Aujourd’hui, si M. Bouchard reconnait qu’il y a toujours une préoccupation pour la municipalité au niveau de la qualité de l’eau, les moyens employés par Raffineries de Napierville pour éviter la contamination de l’environnement sont rassurants. «Ils font le pompage et l’analyse de l’eau et ils font le tour de nos puits à leur charge. L’ouverture d’esprit de leur bord est très très bonne avec la municipalité.»


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

Il y a 46 minutes | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.

Pierre Karl Péladeau acquiert des actifs de Taxelco

On compte les compagnies Taxi Diamond et Taxi Hochelaga, ainsi que Téo Techno.