Petites boutiques dans les grands centres commerciaux : un mariage difficile

Publié le 16/10/2010 à 00:00, mis à jour le 18/10/2010 à 15:40

Petites boutiques dans les grands centres commerciaux : un mariage difficile

Publié le 16/10/2010 à 00:00, mis à jour le 18/10/2010 à 15:40

Par André Dubuc

Pas facile d'être un détaillant indépendant dans la jungle de l'immobilier commercial.

Benoît Doyon, propriétaire de la boutique L'imaginaire, à Place Laurier à Québec, a encore sur le coeur le fait qu'Ivanhoé Cambridge a récemment loué à Sports Experts un local voisin qu'il convoitait. Si le propriétaire du centre commercial lui avait loué ce local, il aurait pu doubler la superficie de son magasin sans avoir à déménager, épargnant ainsi beaucoup d'argent.

Le commerçant, qui vend notamment des jeux, des objets de collection, des figurines ainsi que des costumes, affirme qu'Ivanhoé Cambridge bloque ses projets d'expansion depuis deux ans, faute de locaux disponibles.

Un traitement équitable, selon le bailleur

" L'Imaginaire est un bon locataire, un détaillant efficace, admet Céline Mercier, directrice, administration, de Place Laurier. Toutefois, le centre commercial est plein. Nous n'avons pas l'espace nécessaire. " Elle souligne que Place Laurier abrite déjà 12 locataires majeurs qui occupent des locaux de 15 000 pieds carrés et plus.

Ivanhoé Cambridge, filiale de la Caisse de dépôt et placement, insiste sur le fait que les chaînes et les détaillants indépendants sont traités sur le même pied. " On ne peut pas plaire à tout le monde. On cherche à prendre les meilleures décisions pour le centre commercial en termes de parts de marché, de positionnement et d'attrait général ", dit Pierre Léveillé, directeur général de Place Laurier.

Les chaînes ont une longueur d'avance

" Les chaînes ont une longueur d'avance, car elles négocient pour plus d'un site à la fois et peuvent montrer une belle feuille de route ", explique Joël Paquin, président de Paquin Recherche et Associés, un consultant en commerce de détail. Il recommande à Benoît Doyon de continuer à frapper à la porte de son bailleur.

" Dans un scénario idéal, je passais d'un local de 8 000 à 16 000 pieds carrés afin de m'imposer encore plus dans chacune de mes spécialités ", dit M. Doyon. Le détaillant précise avoir agrandi sa boutique de Place Laurier à six reprises depuis qu'il l'a achetée en 1986.

Le dernier agrandissement date d'il y a cinq ans. Le bail est valide pour cinq autres années. L'idée de devoir déménager un jour ne sourit guère à M. Doyon. Le commerçant évalue à 750 000 $ l'investissement requis pour aménager un magasin de 16 000 pieds carrés à partir de zéro.

M. Doyon comprend qu'il est plus alléchant pour un propriétaire de louer 20 000 pieds carrés à un locataire majeur que 8 000 pieds carrés à un indépendant. Il croit néanmoins qu'il avait de bons atouts. " Mon commerce est unique à Québec. Il permet à Place Laurier de se démarquer des autres centres commerciaux. "

M. Doyon ne croit pas que pareille occasion se présentera à nouveau. La croissance de son magasin se fera autrement qu'il l'aurait espéré. " Le centre commercial a décidé pour moi. "

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Stratégie omnicanale: mode d'emploi

05/07/2019 | Anne-Marie Tremblay

Pour atteindre les clients, les entreprises doivent dorénavant maîtriser tous les canaux de communication.

Accord commercial Europe-États-Unis: éviter un conflit commercial

12/04/2019 | AFP

Les États membres de l'Union européenne doivent valider lundi l'ouverture de négociations commerciales.

À la une

L'Indice des prix à la consommation a progressé de 2 % en juin au Canada

Au Québec et en Ontario, l’Indice des prix à la consommation a progressé de 2,2 % d’une année à l’autre en juin.

Scoring Tech Talent 2019: Montréal première pour son efficacité par rapport aux coûts

09:50 | Pascal Forget

Le rapport Scoring Tech Talent 2019 place Montréal au 13e rang des meilleurs marchés technologiques en Amérique du Nord.

À surveiller : Slack, CP et Cogeco

Que faire avec les titres de Slack, CP et Cogeco? Voici quelques recommandations d'analystes.