Murdochville, toujours entièrement contaminée pour Québec

Publié le 06/02/2014 à 21:48

Murdochville, toujours entièrement contaminée pour Québec

Publié le 06/02/2014 à 21:48

Par Hugo Joncas

À Murdochville, pratiquement tous les terrains sont considérés contaminés aux métaux par Québec, comme en témoigne cette grappe de points rouges sur notre carte, correspondant aux quartiers habités. Carte: Les Affaires, 37e Avenue, MapGears

«Murdochville a tout été décontaminée», assure la mairesse Délisca Ritchie-Roussy, en entrevue avec Les Affaires. En fait… non. Du moins, pas pour le Ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs.

Consultez notre carte interactive et notre enquête sur les terrains contaminés.

La minière Xstrata (aujourd’hui Glencore) a bien excavé 30 à 75 cm de sol, dans toute la ville, pour en retirer la terre contaminée au cuivre, plomb, arsenic, molybdène... Mais en-dessous, le Ministère (MDDEFP) considère toujours que le sol est souillé de métaux et semi-métaux toxiques. Résultat: sur notre carte, la petite ville de 765 habitants compte pas moins de 370 terrains contaminés !

Bref, le Ministère considère pratiquement tous les terrains de Murdochville comme contaminés. «Nous les avons laissés dans le Répertoire pour laisser une trace de la contamination en-dessous d’un mètre de profondeur», explique Frédéric Fournier, porte-parole du Ministère pour l’Est du Québec.

Résultat: les lots contaminés sont si nombreux dans la petite ville qu’ils propulsent la Gaspésie au troisième rang des régions du Québec comptant le plus grand nombre de terrains contaminés, derrière seulement Montréal et la Montérégie! Et ce, dans une région pourtant peu peuplée et industrialisée dans l’ensemble.

Nettoyage en surface

À Murdochville, un demi-siècle d’extraction et de raffinage du cuivre ont recouvert le sol de poussières toxiques, qu’Xstrata a enlevées en excavant le sol de la ville de 2007 à 2009, après la fermeture de la mine de cuivre. Une facture de près de 12 M$ pour la minière, sur un total de 130 M$, qui incluait le démantèlement de l’usine et la réhabilitation du site de la mine, du parc à résidus miniers et des quais d’expédition de Sandy Beach, à Gaspé.

Mais la minière Noranda (ancêtre d’Xstrata et Glencore) avait construit Murdochville entièrement sur de la pierre qui avait été excavée pour creuser la mine de cuivre, dans les années 1950. De la roche trop pauvre en métal pour l’extraction, mais trop riche pour servir de remblai pour des quartiers résidentiels, selon les normes du 21e siècle.

C’est la surface de cette couche de pierre, apportée sur le site de main d’homme, qu’Xstrata a excavée. «C’était du concassé de roche-mère. Le Ministère a un chiffre pour la concentration maximale que peut atteindre le cuivre dans la pierre, peu importe s’il était là à la formation de la roche», explique Jacques Moulins, directeur général, Environnement et réhabilitation de sites chez Glencore. Il a piloté les travaux à Murdochville.

Il pense qu’avec le temps, le MDDEFP en viendra peut-être à considérer qu’il est inutile de maintenir ces lots dans le Répertoire des terrains contaminés. «Si une personne marche dans la forêt sur la pierre naturelle, elle aura accès aux mêmes concentrations de métaux, dit-il. Dans ce sens-là, le Ministère devrait peut-être revoir ses positions.»

En attendant, un Murdochvillois qui s’avise de creuser un peu pour construire une piscine, couler un solage ou faire du terrassement peut au moins savoir que la terre qu’il manœuvre est considérée dangereuse par le gouvernement.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

À la une

Pourquoi la Chine ne peut pas laisser gagner Hong Kong

BALADO - La démocratie s'érode à Hong Kong et la Chine communiste avalera un jour l'ancien territoire britannique.

La Fed résiste à la tentation de baisser les taux

Mis à jour à 14:28 | AFP

Malgré les pressions de Donald Trump, la Fed a choisi de garder son taux directeur inchangé entre 2,25% et 2,5%.

Pressée de toutes parts, la Fed n'est pas tout à fait prête mercredi à baisser les taux

10:28 | AFP

La Banque centrale américaine (Fed) devrait encore résister à assouplir sa politique monétaire mercredi.