Mises en chantier : le secteur résidentiel relèvera la tête en 2010

Publié le 04/01/2010 à 15:39

Mises en chantier : le secteur résidentiel relèvera la tête en 2010

Publié le 04/01/2010 à 15:39

Il faudra attendre à 2011 pour retrouver le niveau d'avant la crise. Photo : Bloomberg

Un total de 46 000 chantiers résidentiels prendront forme au Québec, en 2010, soit 4 000 de plus qu'en 2009, selon le service des études économiques de Desjardins.

Et en 2011, Desjardins anticipe une autre hausse de 2 000 mises en chantier à 48 000, soit pratiquement le même nombre qu'en 2008, avant que la crise financière mondiale ne fasse ses ravages.

Ce rebond cyclique des mises en chantier s'explique en partie par l'engouement pour les maisons existantes qui a propulsé les prix et rendu les maisons neuves plus attrayantes. D'ailleurs, Desjardins prévoit que les prix des maisons existantes augmenteront encore de 5 % en 2010, au Québec.

À plus long terme, les mises en chantier au Québec devraient ralentir, mais sans s'effondrer pour autant. Ainsi, après les 48 000 mises en chantier prévues en 2011, Desjardins en prévoit 43 000 en 2012, 42 000 en 2013 et 40 000 en 2014. Si ces prévisions s'avèrent, il y aura eu 44 000 mises en chantier par année, en moyenne, de 2009 à 2014, comparativement à 47 000 entre 2001 et 2008.

Rebond de la consommation

Par ailleurs, après un recul de 0,9 % des ventes au détail en 2009, les économistes de la coopérative financière prévoient un fort rebond de 5 % en 2010 et de 4,8 % en 2011. Les ventes au détail augmenteront ensuite de 4,5 % en 2012, de 4,0 % en 2013 et de 3,0 % en 2014. La baisse du taux de chômage au Québec, qui passera progressivement de 8,5 % en 2010 (le même taux qu'en 2009) à 6,1 % en 2014, explique la bonne performance des ventes au détail au cours des prochaines années.

Fait inhabituel, Desjardins prévoit qu'au cours des cinq prochaines années, le taux de chômage au Québec sera inférieur à celui de l'Ontario. Avec comme conséquence que le taux de chômage moyen en Ontario, de 2009 à 2014, sera de 8,2 % comparativement à 7,6 % au Québec. Entre 2001 et 2008, le taux de chômage moyen au Québec a été de 8,2 % par rapport à 6,6 % en Ontario.

 

À la une

Négociations à TVA: un lock-out n'est pas à exclure, dit PKP

Les pourparlers entre la direction et le syndicat se déroulent actuellement en présence d’un médiateur.

Télécom: «Ça devient encore plus concurrentiel», note le patron de Québecor

Québecor a dévoilé jeudi des résultats inférieurs aux attentes des analystes.

Hausses de bénéfices pour Québecor, au 4T de 2023 et pour l'exercice

Le conseil d’administration a déclaré mercredi un dividende trimestriel de 0,325 $ par action.