Les ventes de logements ont reculé en mars par rapport à 2018

Publié le 15/04/2019 à 11:43, mis à jour le 15/04/2019 à 16:38

Les ventes de logements ont reculé en mars par rapport à 2018

Publié le 15/04/2019 à 11:43, mis à jour le 15/04/2019 à 16:38

Par La Presse Canadienne
Deux personnes se serrent la main devant une maison.

(Photo: 123rf)

Les ventes de logements ont reculé le mois dernier, au Canada, pour atteindre leur plus faible niveau pour un mois de mars depuis 2013, a indiqué lundi l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).


Selon l’association, les ventes réalisées par l’entremise du service interagences (SIA, aussi connu sous l’acronyme anglais MLS) ont diminué de 4,6 % par rapport à l’an dernier. Le prix moyen de vente à l’échelle du pays a aussi reculé.


Les ventes en Colombie-Britannique, en Alberta et en Saskatchewan étaient inférieures de plus de 20 % à leur moyenne des dix dernières années pour un mois de mars, tandis que celles réalisées au Québec et au Nouveau-Brunswick étaient bien au-dessus de ces moyennes.


Sur une base mensuelle, les ventes de maisons ont grimpé de 0,9 % en mars par rapport au mois de février.


L’économiste en chef de la Banque de Montréal, Doug Porter, a estimé que les résultats étaient « un peu décevants » et qu’ils confortaient l’opinion voulant que le marché de l’habitation soit toujours en période d’adaptation à la suite des nombreuses modifications apportées aux politiques de ce marché au cours des dernières années.


« L’activité canadienne en matière de logement reste, au mieux, terne », a écrit M. Porter dans un bref rapport.


Toutefois, il a noté que le fossé régional était large et que les données fondamentales semblaient devenir un peu plus favorables pour l’année à venir.


« Nous continuons à soutenir que les prix, les ventes et les mises en chantier devraient rester généralement stables à l’échelle nationale en 2019, malgré les mouvements des nombreuses pièces du marché », a-t-il affirmé.


Le prix de vente moyen à l’échelle du pays a diminué de 1,8 % sur une base annuelle, à 481 745 $.


En excluant les régions du Grand Toronto et du Grand Vancouver, deux des marchés les plus dispendieux du pays, le prix moyen était juste en deçà de 383 000 $.


Le nombre de maisons nouvellement inscrites à la vente a augmenté de 2,1 % en mars, tandis que les nouvelles offres ont augmenté dans environ les deux tiers de tous les marchés locaux.


Les nouvelles inscriptions ayant progressé davantage que les ventes, le ratio national des ventes aux nouvelles inscriptions a diminué pour s’établir à 54,2 %, contre 54,9 % en février.


À l’échelle nationale, il faudrait 5,6 mois pour écouler toutes les maisons inscrites à la vente à la fin du mois de mars, ce qui est conforme à la lecture de février et représente l’un des niveaux les plus élevés en plus de trois ans pour cette mesure.


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Dans quelles villes le prix des propriétés a le plus crû?

23/04/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En 10 ans, le prix des maisons a augmenté davantage dans certaines villes du Québec. Lesquelles?

Immobilier: les ventes résidentielles ont fléchi en mars

22/04/2019 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-Les Affaires. Le marché de l’unifamiliale a légèrement ralenti dans la province en mars dernier au Québec.

À la une

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. L'industrie alimentaire cherche à s'adapter aux nouvelles exigences des consommateurs, de plus en plus...

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour il y a 45 minutes | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.

À surveiller: CP, TFI et Stryker

Que faire avec les titres de CP, TFI et Stryker?